Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 437
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0480
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'ÉGYPTE: 437

près de la caverne et quelques moines habitèrent dans ce quartier
près de la grotte des saints : on appela tout cet endroit la laure des
Romains^, n

Macaire y fit construire une église'2). Ensuite, il changea encore
une fois de résidence : le chérubin lui apparut et, lorsqu'il l'eût en-
traîné, il le conduisit sur le haut du rocher, au sud du lieu maré-
cageux, à l'ouest du puits, en dessus de la vallée, et il lui dit :
et Commence de te faire une babilation en ce lieu et bâtis une église;
car, certes, un peuple nombreux habitera en ce lieu après quelque
temps. •» Et ainsi il y habita jusqu'au jour de sa mort; on appela
ce lieu Abba Macaire, parce qu'il y accomplit sa vieW.n II y creusa
un puits et tomba dedans W : le texte dit que les démons l'y jetèrent.
«D'autres monastères se bâtirent aussi à cause du grand nombre de
ses disciples; mais ils n'étaient pas tous avec lui, car quelques-uns
d'entre eux, ayant été zélés de bon zèle, pendant qu'il était vivant,
habitèrent loin de lui en d'autres endroits, et, lorsque d'autres
vinrent près d'eux, ils appelèrent de leurs noms ces autres monas-
tères qui sont : celui d'abba Jean le Kolobos, avec abba Peschoi,
le disciple d'abba Amoi, disciple d'abba Pithou^.n

Ce sont là tous les détails que contient la Vie de Macaire. On
voit que tout d'abord il va au puits d'où l'on tirait le natron, qu'il
s'arrête au pied du massif montagneux, qu'il a devant lui au nord
ce que le texte désigne du nom de helos, ce que j'ai traduit par
endroit marécageux et ce qui est appelé par les traducteurs arabes
Ouadtj. Quand il y revient, il habite d'abord en ce lieu, près des
puits de natron; ensuite, pour échapper aux vexations des gardiens,
il se réfugie dans les lieux déserts, sur la montagne, au sud, d'où
il est obligé de revenir puiser de l'eau dans les puits qui se trou-
vaient dans le marécage : il bâtit des cellules autour de la sienne,
une église, et l'une de ces cellules est appelée la hure ou le monas-

m Cod. Val. cap., LX1V, fol. i5 r". <3> Cod. Val. eop., LX1V, fol. 16 v°.
Ces textes seront bientôt publiés. m Ibid.

<J) lbid., fol. i5 v°. (s) lbid., fol. 22 v°.
loading ...