Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 446
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0489
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
446 LA GÉOGRAPHIE DE L'ÉGYPTE.

également ruiné. Tout près de ce dernier, est situé le monastère de
Saint-Beschay qui est très grand et très révéré parmi les chrétiens,
attendu que Bescliay est un des solitaires les plus célèbres et qu'il
va de pair avec saint Macaire et saint Jean le Nain. Vis-à-vis le
monastère de Saint-Beschay, on voit un autre couvent qui appar-
tenait autrefois aux chrétiens jacobites, mais qui, depuis trois cents
ans, est occupé par des moines syriens. L'emplacement sur lequel
sont situés ces couvents est désigné sous le nom de lac des monas-
tères.

rr Le monastère de Notre-Dame de Baramous est sous l'invoca-
tion de la Vierge Marie. Il renferme quelques moines. Vis-à-vis est
le monastère de Saint-Moyse, ou de Moyse le Noir, autrement
nommé le monastère de Baramous. On raconte que Maxime et
Dométius, fds d'un empereur des Bomains, avaient eu pour maître
Arsène. Celui-ci, ayant quitté la cour, se retira dans le désert de
Schîhat où il embrassa la vie monastique et où il demeura jusqu'à
sa mort. Pendant qu'il était dans le désert, les deux jeunes princes
dont nous avons parlé, étant venus le rejoindre, se mirent sous sa
conduite. Après leur mort, leur père fit bâtir, sous leur invocation,
l'église de Baramous. Saint Moyse le Noir, qui était de race ber-
bère, était un brigand qui avait commis beaucoup de meurtres.
S'étant fait chrétien, il embrassa la vie monastique et composa un
grand nombre d'ouvrages. Il était un des solitaires qui passaient le
carême entier sans prendre de nourriture M. 11

J'ai cité ce long fragment, rempli des renseignements les plus
précieux à côté d'erreurs assez grossières et de légendes comme
savaient en fabriquer les Coptes, pour qu'il me serve, en quelque
sorte, de pierre de touebe négative. Comme on a pu le voir, Ma-
krizy ne distingue pas entre Nitrie et Scété; il donne à toute la
région le nom de Ouady Habib, lorsque les Coptes avaient, au con-
traire, pris grand soin d'en distinguer les diverses parties. A son

(l) Makrizy : Khitàt, éd. de Boulaq, t. II, p. a.à et m:.
loading ...