Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 447
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0490
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'ÉGYPTE. U7

témoignage, il y avait dans cette vallée, comme principaux monas-
tères : le monastère de Saint-Macaire, le monastère de Saint-Jean le
Nain, le monastère d'Elie, le monastère de la Vierge de Jean le
Nain, le monastère de Saint-Noub, le monastère des Arméniens,
le monastère de Saint-Beschay, le monastère des Syriens, le mo-
nastère de Notre-Dame de Baramous et le monastère de Bara-
mous, appelé aussi monastère deMoyse le Noir. Je vais maintenant
déterminer la place de tous les endroits cités dans les œuvres
coptes, grecques, latines et arabes mentionnées dans cet article.

Tout d'abord, epuand Macaire le chamelier se rend à la mon-
tagne du Natron, c'est à la montagne de Nitrie qu'il se rend; cette
montagne tirait son nom de la ville de Nitrie qui était voisine et
qui correspondait sans doute à Pernoudj. Si ces deux villes ne sont
pas identiques, il faut croire qu'elles étaient situées près des mines
de natron, comme celle de Piamoun, dont j'ai déjà eu l'occasion
déparier. Ces mines sont encore visibles aujourd'bui, quoiqu'elles
soient abandonnées et désertes. Quand Macaire a sa vision sous le
roeber, on lui demande ce qu'il voit; il répond qu'il voit le com-
mencement du marécage qui se trouve au nord; il était donc au
sud de cet endroit où commençait le désert de Schiît qui lui est
promis comme devant être un jour son empire et celui de ses
enfants spirituels. Ce rocher, nei-px, est, je crois, celui qui est
cité deux fois dans la Vie des Pères, comme le séjour de Moyse le
Nègre; le marécage est précisément la vallée, le Ouady des textes
arabes, et ce fait est hors de doute; car, dans les scalœ coptes, le
mot aexoc, qui est presque toujours employé par les auteurs
coptes et qui n'est que le mot grec slos, est traduit en arabe par
^àij : Ouady. Ce lieu, qu'on appelle encore en copte |i)ex\OT, la
vallée, s'étendait comme une langue de terre, de l'est à l'ouest, le
long des deux chaînes de montagnes, si bien qu'on pouvait dire
qu'elle était placée au milieu de la montagne un moment inter-
rompue : le côté nord s'appelait montagne de Pernoudj ou de
Nitrie, le côté sud se nommait Schiît. C'est au côté nord que doivent
loading ...