Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 450
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0493
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
450 LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE.

plus de quatre heures de marche W. Au xiv° siècle, il ne renfermait
plus que trois moines. Nous avons vu qu'il avait été construit près
de l'arbre que Jean le Nain avait fait pousser d'un vieux bâton mort.
L'auteur de son histoire nous assure qu'ii était situé à une distance
d'environ 15 milles. Ce n'est sans doute là qu'une légende apo-
cryphe; mais remplacement du couvent se voit encore dans le
désert près d'un arbre qu'on assure être le Rhammus spina Christi®.
Près de ce monastère se trouvait celui d'Élie, maintenant et depuis
longtemps ruiné; puis le monastère de Notre-Dame de Saint-Jean
le Nain et le monastère de Saint-Noub, ruiné dès le temps de Ma-
krizy. Le terrain qu'occupaient ces monastères est, en effet, couvert
de décombres de toute sorte qui indiquent assez clairement que
les moines étaient nombreux en cet endroit^.

Au nord-ouest du couvent de Jean le Nain, se trouvait le monas-
tère des Arméniens, ruiné également dès le temps de Makrizy. Près
de ce dernier se trouvait le monastère de Beschay, encore existant,
le plus considérable des quatre qui ont survécu, et qui fut rebâti
par les soins du patriarche Benjamin. Puis, environ â 5oo mètres
vers l'ouest, le couvent des Syriens.

Le monastère de Beschay est maintenant appelé, au témoignage
d'un voyageur, je ne sais pourquoi, monastère d'IsaieW, à moins
que cet fsaie, quelque moine de grande réputation, n'ait détrôné
Beschay.

Je ne sais trop où placer l'église bâtie par Mélanie à Isidore,
si ce n'est aux Cellules, c'est-à-dire plus loin que le monastère
de Baramous. C'est aussi là que se trouvait la cellule de Macaire
d'Alexandrie, qui en avait une autre à Pernoudj ou Nitrie, une
troisième près du couvent de Macaire l'Egyptien, et une quatrième
dans le désert Libyen, c'est-à-dire entre la montagne de Pernoudj
et le lac Maréolis.

J'aurai fini ce qui concerne Schiît, quand j'aurai parlé du Kli-

m Mœ.ar., Bibl.nat.,n° i4o, fol. 157. p) M. Jullien, op. cit., p. 34.
(,) M. Jullien. op. cit.. p. 3(>. (" Ibid.,p. 3a.
loading ...