Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 452
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0495
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
452 LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE.

me parait le plus certain, c'est que ledit canal coulait de l'est à
l'ouest et servait sans doute à arroser la vallée de Ouady Nalroun;
il est possible toutefois qu'il ait un peu obliqué vers le nord. Je ne
puis non plus adopter la supposition que ce Lycus Fluvms répondît
au Bahr-bela-mâ, c'est-à-dire au fleuve sans eau, ni que le lit de
ce fleuve représente l'ancien lit du Nil.

C'est tout ce que j'ai à dire sur Scbiit. Les écrivains coptes ont
fait toute une série de calembours sur ce nom que l'on rencontre
écrit quelquefois cijizht, mais qui, dans l'immense majorité des
cas, s'écrit u;iht. Ils ont écrit o)12ht en disant que c'était le lieu
où l'on faisait la Balance des cœurs®, et l'orthographe arabe
semble leur donner raison, et Makrizy lui-même a eu connaissance
du jeu de mots. Quafremère trouve que l'orthographe ci)i2HT est
la plus exacte et par conséquent celle que l'on doit préférer®. Je
ne sais sur quelles raisons il base sa préférence. Je crois, au con-
traire, que la véritable orthographe est crjuix, que c'est la plus
ancienne, et je suis, à ce sujet, de l'avis de Champollion qui fait
venir tgiHT du verbe u>ixi qui signifie patere, s'étendre^.

Il n'entre pas dans mon plan de raconter ici en détail quel fut
le sort des divers couvents de Schiît aux diverses époques de l'his-
toire, ni de décrire quelles persécutions et quelles violences les
moines eurent à subir, par un retour des choses humaines. On en
trouvera un sorte d'abrégé dans l'article de Quatremère^. Les
moines avaient été depuis longtemps habitués aux incursions des
Barbares; les violences réglées des Arabes et surtout des Turcs n'ont
été qu'un châtiment inconscient des persécutions qu'aux jours de
leur puissance ils avaient fait subir aux Païens.

(1) C'est ce que dil l'auteur de la Vie de
saint Jean le Kolobos, qui a sans doute
réédité un calembour déjà commis avant
lui par les moines.

m Quafremère, Mémoires géograph.

et historiques sur l'Egypte, t. I, p. 461-
46a.

(3) Champollion, op. cit., t. II,p. 295,
298.

'*> Quafremère, op. cit., t. I.
loading ...