Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 535
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0578
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 535

Tanitique'1'. Je ferai observer que les témoignages do Ptolémée'2' et de
Pline l'Ancien'3' concordent tout à fait avec celui de Strabon, sauf pour la
brandie Phatnitique, laquelle est appelée Phatmétique par Ptolémée, plus
exactement, d'après une expression copte c]>a omhti, celle du milieu (litl. :
celui du milieu, le fleuve du milieu), observation déjà faite par Cham-
pollion (4). Sauf cette branche, toutes les autres sont nommées d'après les
villes qu'elles arrosent. Ptolémée donne aussi le nom à'Agathodœmon à la
branche Ganopique, ce qui correspond assez exactement au nom copte de
Schetnoufi (ujgtiioy'h), qui est celui d'une ville placée à son commen-
cement; il nomme aussi Tahj la brandie Bolbilique de Strabon, on ne sait
sur quel fondement.

Si maintenant nous examinons avec attention la géographie actuelle du
Délia, nous voyons qu'un certain nombre de bouches subsistent encore,
comme la Canopique, la Bolbilique, c'est-à-dire la branche de Roselte, la
Phàtmétiquè, c'est-à-dire la branche de Damietle, et la Pélusiaque. Deux
autres branches partent de la branche de Damietle et vont se perdre dans le lac
Menzaleh : c'étaient autrefois les branches Tanitique el Mendésienne, dont
l'une baignait Tanis et l'autre Mendès. Reste la brandie Bucolique d'Héro-
dote qui partait de Samannoud ou Sébcnnytos et allait se jeter dans la Médi-
terranée : les ravages opérés par le temps n'ont guère conservé cette branche,
mais on en voit encore les restes actuellement, un peu plus bas que Sébcn-
nytos. On a prétendu que le Nil avait pu changer son cours depuis l'époque
d'Hérodote jusqu'à celle de Strabon. La diose me parait ddïicile. En effet de-
puis plus de dix-huit cents ans les brandies du Nil n'ont pas varié, et il me
semble peu probable qu'elles aient tellement changé leur cours en six
siècles. Ce qui a varié, c'est le sommet du Delta qui se trouvait autrefois
non loin de Memphis, et qui est actuellement au nord du Caire à une dis-
tance de ù ou 5 lieues, cl il est facile de le comprendre par suite des
atterrissements causés par les crues du fleuve. Je crois donc fermement
qu'il n'y a pas eu de changement dans les branches du Nil depuis un temps
immémorial.

Si nous comparons les données fournies par Hérodote et par Strabon,
nous trouvons que, sauf trois, ils nomment les mêmes bouches : la Pélu-

W Strabon ,-XVII, 18. (>> Pline l'Ancien, Bitt. nal.

(s) Ptolémée, IV. Édit. du 1600, p. ioT>, (,|) Clmmpollion, L'Egypte tous les Pha-
106. nions, 11, p. 1 fi, 17.
loading ...