Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 536
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0579
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
530 LA GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE.

siaque, la Canopique, la Sébennytique et la Mendésienne; mais l'une de
ces branches qui a le même nom chez les deux auteurs grecs ne saurait
désigner la môme. En effet, de la comparaison des textes, il résulte que
la branche qu'Hérodote décrit comme courant directement à la mer et
traversant le Delta dans son milieu, correspond à celle que Strabon et Pto-
lémée appellent Phathmétique et qui baignait en effet la ville de Samannoud :
elle correspond actuellement à la branche de Damiette qui coupe toujours
le Delta par son milieu et va directement se jeter à la mer. Par conséquent
ce n'est pas la bouche Sébennytique de Strabon. Celle-ci correspondait à
celle qu'Hérodote appelle Bucolique et qui aboutissait en effet à la branche
du milieu, près de Samannoud rive gauche. Jusqu'ici, il n'y a aucune dif-
ficulté et même nulle erreur chez l'un ou chez l'autre de ces deux auteurs,
car on peut très bien s'expliquer le même nom de Sébennytique donné à
deux bouches différentes, puisque l'une baignait la ville de Sébennytos, et
l'autre se détachait de ia première, près de cette même ville de Sébennytos.
Cette conclusion est notablement différente de celle de Champollion qui
croyait à la confusion faite par Hérodote de la branche Tanitique avec la
branche Bucolique'1'. Ce que j'ai dit plus haut à ce sujet doit faire écarter
la supposition de Champollion, cl il n'est pas étonnant qu'il l'ait faite dans
la pénurie de documents où il se trouvait : la découverte de la liste des
évêchés a simplifié quantité de problèmes géographiques paraissant inso-
lubles auparavant.

Reste la branche appelée Saïtique par Hérodote et Tanitique par Strabon.
Comme nous avons déjà six autres branches du Nil, il ne nous en faut
plus qu'une septième. Or je crois fermement qu'il n'y a jamais eu de bouche
Saïtique. En effet nul document, soit de l'époque ancienne, soit de l'époque
ptolémaïque, soit de l'époque copte, ne nous parle d'une branche du fleuve
qui aurait baigné Sais. On ne peut pas même penser à une branche qui
aurait baigné la partie orientale du nome de Sais, comme l'a fait Cham-
pollion'2', pour la bonne raison que ce nome ne s'étendait point assez loin
pour cpie la branche Bucolique d'Hérodote ou Sébennytique de Strabon
pût l'arroser, et que cette branche ne pouvait arroser que le nome Sében-
nytique inférieur et celui des marais ou Boucolies, comme le montre la
liste des évêchés de l'Egypte. Les documents coptes dont j'ai fait un si

(l) Ghainpollio:i. L'Egypte sous les Pharaons, II, p. i •">. — 'J) lbid., Il, p. 17, ig.
loading ...