Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 537
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0580
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LÀ GÉOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 537

grand usage dans ce livre parlent fort souvent de Sais, comme on peut le
voir à cet article, et jamais ils ne mentionnent la présence du fleuve près
de cette ville.

Au contraire la branche nommée Tanitique était connue dès la xvn° dy-
nastie, car les monuments égyptiens en parlent à cette époque. Elle existe
encore actuellement, quoique ayant perdu un peu de sa grandeur : c'est
donc qu'elle n'a pas été détruite. Strabon avait déjà eu connaissance de
l'erreur d'Hérodote en disant que «quelques-uns (lisez Hérodote) donnent à
la branche Tanitique le nom de SaïliqueW»; ce qu'un travail récent a eu le
tort d'expliquer en disant que l'on donnait les deux noms en Egypte à la
même branche (2), car Strabon ne dit point qu'il s'agisse des Egyptiens,
et il est visible au contraire qu'il n'entend par là que des auteurs grecs.

Gomme conclusion, il faut croire qu'Hérodote s'est trompé sur ce point,
et l'on ne saurait guère accuser les copistes de son œuvre, puisque la faute
existait déjà au icr siècle de notre ère. Il est bien plus vraisemblable
que le voyageur grec, ayant pris beaucoup de notes dans ses voyages, ou
se fiant à sa mémoire, lorsqu'il écrivait son histoire en Grèce, loin des
lieux qu'il décrivait, a commis une confusion regrettable. Ce que j'ai dit
dans cet ouvrage, au sujet de la ville de Boulo et de la position que lui
assigne Hérodote, montre encore mieux la justesse de ces conclusions. Le
Nil n'a donc subi aucun changement dans son cours; il avait sept branches
qui déversaient ses eaux dans la mer et ces branches existent encore actuel-
lement, sinon toutes dans leur étal primitif, du moins dans un état qui
nous permet toujours de reconnaître celles qui ont subi des altérations. La
difficulté pour le géographe venait du seul texte d'Hérodote et de la double
dénomination donnée à deux branches, la Sébennylique et la Bucolique.

O Strabon, XVII, 18. - <!> Mallcl, Le Culte de Neit à Sais, p. 58.
loading ...