Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 545
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0588
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 545

autre passage"1, d'un Irône de Piban, ni ban, que Quatremère a très bien
expliqué avec sa science ordinaire'2'. Il y a vu le mot arabe yj^>t,ïouân,
qui signifie palais. La transcription copte repond en effet lettre pour lettre
à ce mot, si l'on tient compte de ce fait, qui est rare, à la vérité, mais
qui existe, que les scribes coptes ont quelquefois rendu par un b les deux
lettres oy, et réciproquement, comme dans oyoini, harpe, cithare, qui
s'écrit bcdini'3'. Dans la transcription du mot yj^l, c'est le contraire qui a1
eu lieu. 11 n'y a donc aucune difficulté à ce sujet. Quatremère ajoute que ce
mot s'employait surtout, en Egypte, pour désigner la salle du palais
où le khalife donnait ses audiences et rendait la justice à ses sujets'1'. Je ne
contredirai point à ce qu'un aussi savant homme a écrit; au contraire, je
compléterai sa pensée par une réflexion qui m'a semblé non méprisable.
Le martyre de Jean eut lieu sous El-Kâmel qui fut le premier à habiter
d'une manière suivie la citadelle élevée sous le règne de Salah-ed-dîn cl
dont il va être bientôt question. Par conséquent il laisse de côlé le palais
superbe élevé par les khalifes fatimiles dont la dynastie des Ayoubiles prit
la place, et je crois que c'est peut-être l'Iouan du palais des Falimitcs,
salle dans laquelle était dressé le. trône du khalife, qui est désignée dans
les deux mots coptes niopouoc miiiban ; si bien qu'il faudrait traduire :
sur le trône de la salle où se rend la justice, soit qu'il s'agisse de la salle
du palais des Fatimites, soit qu'il s'agisse d'une nouvelle salle, créée dans
la citadelle, pour cet office.

La citadelle du Caire est mentionnée dans le passage suivant des Actes
de Jean : s Le premier jour de Bascbons, jour où fut enfantée la vierge
Marie, mère de Dieu, il s'éveilla à la première heure, pria Dieu, fil le
signe de la croix sur sa figure : il se ceignit en la verlu de notre Sauveur
Jésus le Christ, il sortit de Tikcscbrômi pour se rendre à la cour du roi,
qui est la citadelle située en dehors de Tikcscbrômi'5'. » El plus loin,
quand il s'est présenté devant El-Kàmel el nue celui-ci l'eut pris pour un
fou, ctles soldats de police se saisirent du juste, on le mena à la citadelle,
habitation du roi'0')). Le mot que j'ai traduit par citadelle est l'expression

Iî. Amélineau, Un document copte du
Mil' siècle, p. aa et 71.

(2> Qualremèrc, op. cit., I, p. 5o, 02.

(3) Voir Peyron, Lexicon ling. çopt., à ces
doux mois.

W Qualremèrc, Mcm. geogr. cl hist. »«r
l'Egypte, I, p. 5i.

(;,) E. Amélineau, Un document copte du
xii 1' siècle, p. 65.

W Ibid., p. 67.

lur-niui nie viTiotu.t.
loading ...