Amélineau, Emile  
La geographie de l'Egypte à l'époque copte — Paris, 1893

Seite: 551
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1893/0594
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LA GEOGRAPHIE DE L'EGYPTE. 551

6° L'église de l'archange saint Michel à la tête du Kliamain, ce que
le texte arahe rend par à la tête du Klialîg, c'est-à-dire au commencement
du canal que fit construire 'Amr, qui existe toujours et que l'on appelle le
Klialîg. Ce canal commence un peu au nord-ouest de Masr, ou du Vieux
Caire, et s'amorce à la petite hranche du Nil qui coule entre l'île de Ro-
dah et l'ancienne Fostât. Il marque fort hien l'emplacement de Fostât. C'est
donc là qu'il faut placer cette église de saint Michel dont la liste des églises
nous assure l'existence autrefois. Un document copte qui appartient à Lord
Zouche et qui raconte les Merveilles dont les auteurs copies ont pris soin
d'orner la légende du grand archange, nous apprend, dans une note finale,
que le livre a été écrit par une femme nommée Melakh, pour une autre
femme très charitable, et qu'il en a été fait cadeau à l'église de l'archange
saint Michel, laquelle se trouve à Ras-el-Khalîg, au midi de Bahylone01.
Comme Bahylone, qu'on entende sous ce nom la ville de Masr ou la cita-
delle de celte ville, est située précisément à l'ouest de l'embouchure du
canal, il ne saurait s'agir de cette ville, et l'on comprend qu'une pauvre
femme ignorante ait employé le nom de Bahylone pour celui du Caire
quand nous l'avons fait si longtemps; car le Ras-el-Khalîg est en effet au
sud-ouest de la ville du Caire. Makrizy parle de cette église, dit qu'elle est
située près du Klialîg des Béni-Ouaïl, en dehors de la ville de Masr, au
sud de la butte de décombres, et que de son temps elle était ruinée !'J). Elle
n'a pas été rebâtie depuis. Le mot copte qu'emploie la liste des églises n'a
pas une apparence copte : je ne ferai pas de supposilion sur son origine,
quoique plusieurs hypothèses se soient offertes à mes réflexions.

7° L'église de saint Michel à Schals, ou, comme dit l'arabe, à El-Khan-
daq. J'ai traité plus haut de ce lieu qui était dans la banlieue du Caire : je me
contenterai de renvoyer ici à cet article. J'ajouterai seulement que Makrizy
parle de deux églises qui se trouvaient à El-Khandaq, l'une qu'il dit dédiée
à l'archange Gabriel, et l'autre au martyr Mercure(3). S'il n'y a pas erreur,
je crois qu'il en faut ajouter une troisième; mais je suis assez porté à penser

") XCOXMIOM OBOxJjCN IIGMXI

ncf)ici mmhi eyep <]>moyi nac gobc
noyXM iiTec^Yxil éA <x-lX-

MOYC2IMI on mmainoy-horiCCPAN

XG mgxax oy°2 XCTH1M n-|-.\ri.\
MN6KKXHC1A (sic) [n e niApxHAr-

rCXOC GOOYAB m1xahx p.\CG\j).\-
xix CApilC mbabyxid11. — Mss. de
Loril Zouche, Merveilles de saint Michel,
fol. pïfïT, r" et v°.

<2> Makrizy, Khitdt, p. <;iv.

O Makrizy, Khilât, p. «II.
loading ...