Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 506
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0034
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
506

E. AMÉLINEAU

X. — VIE DE MOYSE

Les fragments que je publie dans ce paragraphe proviennent également de
la Bibliothèque Nationale et du Musée de Naples, mais la part du Musée de
Naples se réduit aux lettres de Moyse et à l'épisode du démon qui s'est logé
dans le temple de Bès Ceux de la Bibliothèque Nationale comprennent huit
fragments qui, presque tous, appartiennent au même manuscrit. Le Moyse dont
on nous retrace la vie est le Moyse qui détruisit les temples d'Abydos et avait
son monastère dans les environs de Bellianâ. Le Synaxare n'a malheureuse-
ment pas conservé le récit de sa Vie, quoiqu'il parle du monastère du saint
père Mosès ou Moyse, ainsi qu'on le verra plus loin. Les documents que je
publie sont donc d'une grande importance pour l'histoire des derniers jours
de la religion égyptienne. Sans nul doute, il ne faut accepter les faits tels
qu'ils sont présentés par les écrivains coptes que sous bénéfice d'inventaire,
comme dans tous les ouvrages de semblable origine ; mais les événements qui
restent, une fois la couche merveilleuse enlevée, sont encore dignes de toute
l'attention de l'historien.

L'auteur de cette Vie fait allusion à lui-même dans le récit de l'expédition
contre les temples d'Abydos. C'était un des disciples de Moyse ; le nom n'est
pas donné, car il se contente de dire : « J'étais aussi avec eux, moi, cet
indigne pécheur. » Je ne puis rien dire de plus précis ; mais cela concorde
avec ce que j'ai dit ailleurs de l'habitude où ont été les auteurs coptes de
placer leurs récits dans la bouche de témoins qui paraissent dignes de foi, et
surtout de témoins oculaires2.

Les lettres de Moyse sont adressées à des communautés de femmes. Je les
ai mises dans l'intérieur de la Vie, parce qu'elles peuvent parfaitement
trouver place entre le fragment précédent et le fragment suivant ; mais je
n'ai aucunement l'intention de prétendre qu'elles en fissent partie.

Le monastère de Moyse est très connu par ce que disent l'Arménien Abou
Sclah3, Makrizy4 et Quatremère3. J'en ai traité dans ma Géographie de
l'Egypte6.

1. Zoéga, Cat. Cod. Copt., p. 530-534, nos CCXI1I et CCXIV.

2. E. Amélineau, Contes et Romans de l'Egypte chrétienne, vol. I, p. xxxii-xxxvi.

3. Anou Selah, Histoire des Monastères d'Egypte, mss. ar. de la Bibl. Nat., 138, f° 81 r°.

4. Makrizy, Khtat, vol. 1, p. o . A .

5. Quatremère, Observations sur quelques points de la Géographie de l'Egypte, p. 22-24.

6. E. Amélineau, Géographie de l'Egypte à l'époque copte, p. 124-125.
loading ...