Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 509
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0037
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
INTRODUCTION

509

une grande fumée se mit à monter du même endroit pendant quarante jours
entiers. Après cela une femme du même pays vint à lui et lui dit : « Prie
pour moi, ô mon père saint, afin que Dieu m'accorde un enfant que je
t'amènerai ici comme voué dès que je l'aurai sevré ! » Le père bénit la femme,
lui donna une culogie ; elle alla vers sa maison et elle conçut dans ces jours;
elle enfanta un garçon qu'elle appela Mathieu et on se réjouit alors d'une
grande joie. Quant au garçon, il grandit et trois années furent entières pour
lui; elle le sevra. Et sa mère dit à son père : « Allons chez le grand Mathieu
pour lui présenter l'enfant, car il lui est voué. » Le père en entendant cela
s'attrista d'une grande tristesse, il en évalua le prix à douze dinars et prit
avec lui la somme. Lorsqu'il fut arrivé au monastère, il salua notre père et
lui donna les douze dinars liés en un paquet et lui dit: « C'est une rançon
pour le garçon que tu nous as accordé par tes prières. » Le saint anba
Mathieu lui dit : « O mon fils, le fils du monastère ne se vend pas pour de
l'or. » Et le saint appela le domestique, il lui dit : « Prends une couffe neuve,
trois fils et la moitié d'un manteau, place-les dans la couffe, remplis-la de
pains, puis mets sur cela quelques dattes et donne-les à cet homme. » Le
domestique fit ce que notre père anba Mathieu lui avait ordonné, et quant à
l'homme, il marcha vers sa maison et raconta à sa femme tout ce que lui
avait dit notre père anba Mathieu. Voici que l'enfant demeura trois jours et
il mourut; son père 1 ensevelit clans la moitié du manteau et l'attacha avec
la moitié des trois fils. Les gens lui dirent : « Tu avais voué cet enfant à la
maison de Dieu, tu as manqué à ton vœu. » Un jour, un grand et riche
personnage de la ville d'Esneh vint à lui pour recevoir sa bénédiction et lui
demander conseil sur toutes ses affaires. Il avait dit à son intendant qui
surveillait tous ses jardins : « Va vers eux et apporte-m'en des fruits, charge-
moi une monture et viens vers mon père anba Mathieu, afin qu'il prie pour
moi, pour mes enfants, mes champs et mes jardins. » Et quant à l'intendant,
il était tombé d'accord avec la femme du fellah qui cultivait le jardin et il
avait exécuté son dessein ; il chargea sa bête de pommes, de figues, de toute
espèce de fruits de primeur, il remplit les vases de toute sorte de fruits et les
porta vers le saint père anba Mathieu, il se prosterna devant le riche et dit :
« Ainsi que tu me l'as ordonné, j'ai fait selon ta volonté. » Et le riche lui
commanda de les présenter; et, quand il les eut présentés, après une heure,
notre père dit : « Voici une odeur puante comme un chien mort. » Et les
loading ...