Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 518
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0046
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5i8

E. AMÉLINEAU

sait pas le chemin, et voici que l'Ange du Seigneur prit la forme d'un homme
moine qui allait aussi vers le couvent; il l'accompagna dans le chemin jusqu'à
ce qu'ils fussent arrivés à la montagne de Schihàt, et l'Ange du Seigneur le
confia à un homme saint appelé anba Ghaton, dans sa cellule. L'Ange du Sei-
gneur lui avait appris d'avance son arrivée, lui avait commandé de le rece-
voir. Et il resta près du vieillard trois ans, lui obéissant dans toutes ses paroles.
Et après cela, le saint vieillard mourut, et le saint anba Samuel se mit à jeûner
chaque semaine et à faire de grandes adorations : on le consacra prêtre sur
l'église. Et en ce temps-là, le Tome impie de Léon arriva au désert et il prévalut
contre les moines aux jours du Mouqoqis, et personne parmi les vieillards
n'eut la force, par peur des envoyés du roi. Et quant au saint Samuel, il fut
zélé en esprit, il se leva au milieu, prit le Tome impur, le brûla, disant : « Esj-
hérétique ce Tome impur, et quiconque croit la même croyance est excom-
munié, et maudit soit qui n'a pas la foi orthodoxe et sainte de nos pères les
saints. » En voyant cela, l'envoyé du roi se mit en colère; il ordonna qu'on le
frappât avec une massue, puis il donna l'ordre qu'on le pendît par les bras et
qu'on le frappât; un coup atteignit son œil et le creva; alors il commanda
qu'on le chassât du monastère. L'Ange du Seigneur lui apprit d'aller demeurer
à Qalamoun, et lorsqu'il eut demeuré quelque temps en cet endroit, il apprit à
chacun à s'affermir dans la foi droite et à ne pas croire la même croyance que
le concile de Chalcédoine. La nouvelle en parvint au Mouqoqis, le patriarche,
qui parcourait le Sa'id, il se rendit vers lui, employa toutes les ruses possibles
pour s'emparer de lui et le frappa de coups nombreux pendant qu'il lui disait :
« Dis seulement que le concile de Chalcédoine est orthodoxe et va-t'en. » Le
saint n'obéit pas à ses ordres et il fut chassé de son monastère; il habita dans
une belle église. Puis eut lieu l'arrivée des Barbares, et ils le prirent avec eux
pour l'emmener; et il pria le Seigneur le Messie de le sauver de leurs (mains),
et toutes les fois qu'ils le faisaient monter sur un chameau, le chameau ne
pouvait pas bouger après des coups nombreux1; ils l'abandonnèrent et s'en
allèrent, et il revint vers son monastère à Qalamoun. Alors les Barbares revin-
rent une autre fois et l'emmenèrent encore vers leur pays, ainsi que anba Jean,
l'hégoumène de Schihàt : il fut réuni à lui là-bas, et ils s'aimaient entre eux.
Son maître l'obligeait d'adorer le soleil, et comme il n'était pas d'accord avec

i. C'est-à-dire : même lorsqu'on lui distribuait les coups en abondance.
loading ...