Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 523
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

5-^3

ouiooc ^quja^e jliu tteciiH'y nuj^-xe xinuoTTe eT&e Teq^oopeà. iiT^qa^c
juiutocy ou oy^eriH ô.ttol> neTp ujnHpe \\<3\ îiectiH'y ii-e-e eirris. niioTTe tooto*y
o^n oTigciie eT&e neqo_ju.o_&.?V. eTOTra^f» neuenoT n&.gu>a&.

neim otojjjulcwVochthc 1 jLiuiices. ju-xi^pTypoc •se doiiv -^.iOUTrcïOc eimpee-
£tirrepoc2 ne htc tckk'Xhcï^ uuiTiiToope e/ypeqp5 o_otc ec^HTq jjinuoTTe ne
eqo n(uj)ÊHp enesiei(u)t) n&.o toju. (^-t)oj UTepeq(cu})T.*a. eT(fiH)-(-^£s-) HTq rse
qcvo^XLiopei ^u \tviueiLio\iô,^oc eTgiftoTV. eTeuj^Teï uj^poq et?**, niyme miec-
KH-y ncefscoK eaoTii eeeueeTe née uc^q ajlu ujaitc noo*y rt.goo'Y ^<\.iV.es. ô^q-
TpeTfKô^is.'y nc^ otfcô». nes.p&. AAepoc AinuL^ x«.npo neeneeTe UToq ^q'X.Tnei
e^qToooTn d^qei uj^poq eT^keunce gyoc eqniv:snioq eTÊe nejgiofi. uTepeq-
ujivxe ^.e u ctAtc\q ^qoircoiyfi npoxue unsiOTTe ne«s*».q -se iu.npjLt.eeTe co
dOTis. -îvïomrcïoc cse n^oTrojuj ne eTp^Vrrnes hotv^t^h o^nXioc h HToq eTpô.-
Ximei ju-ns^oeic ct^oo juuuloc gît TeqT^npo ctot*.*^ 'xe ecÇocou ^TeTîiakAC
ucta. mieïCKH'Y eTnicTeve epoi ô^iiok ne wr^TeTitô^c 110,.$ enev^H ncooim

•xe OTit ttT^oju.dv upuijue gn TKomcom^ eiTe oJ\Ao €ïtc koti etTe npji*.

aux frères la parole de Dieu au sujet du don qu'il leur avait fait en hâte, et
les frères admiraient la manière dont Dieu les avait secourus avec prompti-
tude à cause de son serviteur saint, notre père Pakhôme.

Il y avait un confesseur après les martyrs, à savoir apa Denys, qui était
prêtre de Dendérah : c'était un homme craignant Dieu qui était l'ami de notre
père Pakhôme; et lorsqu'il apprit de lui qu'il ne permettait pas aux autres
moines de l'extérieur qui venaient vers lui pour visiter les frères, d'entrer dans
le couvent comme hier et avant-hier, mais qu'il les plaçait à l'écart dans un
lieu près de la porte du couvent; pour lui, il en eut du chagrin, il se leva, il
alla vers Pakhôme à Tabennîsé comme pour lui faire des reproches à ce sujet.
Lorsqu'il lui eut parlé, l'homme de Dieu répondit et dit : « Ne pense pas, ô apa
Denys, que c'est ma volonté de faire du chagrin seulement à une âme, ni même
de chagriner mon Seigneur qui dit de sa bouche sainte : En tant que vous faites
cela â l'un de ces frères qui croient en moi, c'est à moi que vous le faites, —
mais puisque tu sais qu'il y a un grand nombre d'ordres d'hommes dans la
communauté, soit vieillards, soit petits, soit néophytes, c'est pourquoi j'ai dit :
Il est bon s'ils viennent vers nous de les faire entrer dans la synaxe4à l'heure de

i. Lisez : ovgOJUoAoriithc. — 2. Lisez : eoirapec&'S'Tepoc. — 3. Lisez : eoTpeqp gOTe. — 4. C'est-
à-dire : La salle où l'on prie.

66
loading ...