Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 524
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0052
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
524

E. AMÉLINEAU

n&ppe €T&e nM ^isooc se cît^it^.oovi ne evujdaiei uj^pon ïitivxito'Y eTCirMAaic
ju.nn^'Y utneaj^HX jumnctoc «THTpeTrujione gn cîtxia. eqecyp^gT nceoTcox*.
juneToesK m^ooc se xiHnoTe nce<?où ctt^ cnroi gsi e»eneeTe nceii^Y egome
npjji nfippe ncesi spon crfie ne$goo£i p^p irr^ip n^i rjs.j t?^p ut^ nn^Tpi^p-
y^Hc dJîp^g^A*. sj^Konei enso-f-^-) eic juih neTiijuLju.^q ucà. otca. otc& ga>.
nujHït ju.nfto"\ ïit€ckhhh. ^ttio nTepeqceTju. m^ï mi a», sioutcioc a». neqgHT
toit es** no toJo kô>t*«. oe UT^quj^se îtjuiiui^q.

neira ovcgsjuLe se epe necnoq 1 ga^poc ncnraots' noToeïiy js.tui UTepeccioTAi.
se epe j^n\ ssonHcioc2 ttôvfscoK ujes. npcojne unnoTTe ^ndk n^gooju. ^ctcootu
Js.cfccoK ujôwpoq ^ca^iof Atxioq ecsoo jlijuloc se -^cooTra se neuuj&Hp ne npoixie
jumioTTe ^na». n^guiA». ^oviouj eTpensiT hjuuu^k t^h^-y epoq ^mcTeTe c^p
•se eiuj^mt^'y epoq juuu.ô.t€ nsoe$c h»v^ na^i jL\mîs.\&o. UToq se ^qn^ee 3 g ai.
ngcofi efio'Xse qcoovit vitjui^cti^ eTgiscoi Kre.TFn.oy ôvTtjvXoc eirsoi4 ^Tei egHT

la prière; ensuite qu'ils demeurent dans un lieu solitaire afin qu'ils mangent
leur pain, — j'ai dit cela de peur qu'ils ne restent, s'approchant dans le cou-
vent5, qu'ils ne voient quelques-uns des néophytes et qu'ils ne prennent scan-
dale. C'est pour ce sujet que j'ai fait cela, car le patriarche Abraham a servi
le Seigneur et ceux qui étaient avec lui dans un lieu écarté, sous l'arbre en
dehors de la tente. » Et quand apa Denys eut entendu cela, son cœur fut per-
suadé sur la chose, selon la manière qu'il lui avait dite.

Or, il y avait une femme dont le sang était sous elle depuis longtemps et,
quand elle eut entendu dire que apa Denys allait se rendre vers l'homme de
Dieu apa Pakhôme, elle se leva, elle alla vers lui, elle le supplia disant : « Je
sais que c'est ton ami, l'homme de Dieu apa Pakhôme. Je désire que tu me
prennes avec toi, afin que je le voie ; car je crois que, si je le vois seulement, le
Seigneur me donnera la guérison. » Et lui, il fut persuadé de la chose, parce
qu'il savait l'affliction qui était sur elle; sur l'heure, on la fit monter sur une
barque, ils naviguèrent vers le nord jusqu'à notre père. Apa Denys fut intro-

l. Lisez : necenoq. Le plus grand nombre des fautes que j'aurai à signaler ici, abstraction des fautes
d'orthographe dans les mots d'origine grecque, proviennent de ce fait dont j'ai déjà parlé dans ma
Lettre à M. Maspero sur la prononciation et la vocalisation du copte et de l'ancien égyptien (Recueil
des travaux relatifs à la philologie et à l archéologie égyptiennes et assyriennes, vol. XII, p. 117), que
le scribe, se trouvant en présence d'une lettre répétée, l'a omise. — 2. Lisez : -^loit-ycioc. — 3. Lisez :
*.qTtei-e-e. — 4. Lisez : ecs-xoi. — 5. C'est-à-dire : Cherchant dans le couvent et faisant enquête sur
des choses qu'ils n'ont pas besoin de savoir.
loading ...