Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 526
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0054
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
536

E. AMÉL1NEAU

neTu^ujione HTepoTiroia uj^poq eTàimuHce eirespe nujojmïiT îïcok a^ir^e
epoq eqnuiT siottu\ £aa hcoJqt ïitcootoc neTA*jL*.^<y -^.e a.q£coii epoq cm o~$-\\o&
n^couT nex^q ii^q cse ^x*oy enecHT iict\oo ep^Tq epoi imn^uof»e co n^guix*.
npeq^ï &o\. npcoute jL*.rmo"trre £p<M çm TeqA*iiTg^peuj o ht umqoT-
loujfc £o\coc à.qov(Oçj on eTOOTq \\.&\ neTAAO.^'Y ;vyoo ne-x^q uxq -se iua*. ne
ïrnvqà.uxc'KX^e julaaok e-xi (yo"\ ô^ttio enp nKfxto jjlaaoc -^e -^■h^'Y e&oX epe
neKOToeni thaa. npiOAAe -^e AArmoTTe jaià. it^coaa ue ^qejAAe hrotc aait*.^-
fiO^oc i^qoTcoujfe '^e kco u^i efco*\ ^ip \iofce aah AArtKp uofie htok eiie£. iiTeT-
\ioy ^qç^pou n^s nes.i eiio'X.gAA neq^ioiiT. neueiooT rw\o (oaa ^qosi neuoT
îi^eneeTe ctaaaa^y ïic&. otc^v ^too ^q-xuoTq •se cy neTujoon 2. ïiToq ne-x^q
ti&.q •se Rto mai efeo'X n^-xoesc ne$tOT ut&. n^i c^p ;*.iTei iioTrçnofi iitoot n^pa.
neqjmnuj^ ^jeixte ose uqitdwCCjOTAA ïiccoï ^îi à.rae neKp;Mt uevq "xe ^pH-y qua^c-
(?p^2^T ^coottii c^p ^e Aiepe Ad^'y itg^coÊ nupoq oton epou ^Tto eic çmHTe
à.qoirto£ eç^p^i es» neqne^oo'Y' ^qoTtoiyÊ 'i.e npcojme AArmo^TTe ncs^q
•xe ciotaa ucoos nc1^- Hd».q ju.neiiT^.q'sooq 'xeKà.c e&o'X.ojTAA n^j emiATCjûKAA

père le suivit, tout inquiet, rempli de chagrin, disant : « Qu'arrivera-t-il ? »
Lorsqu'ils furent parvenus jusqu'à lui à Tabennîsé, au nombre de trois frères3,
ils le trouvèrent bâtissant un endroit dans le mur du couvent. Mais celui-là s'ap-
procha de lui dans une grande colère, il lui dit : « Descends, établis-moi mon
péché, ô Pakhôme le menteur. » Mais l'homme de Dieu, dans sa grande man-
suétude, ne répondit pas du tout; mais celui-là insista de nouveau et lui dit :
« Qui t'a forcé à mentir? Et tu dis encore : Je vois, lorsque ta lumière est bou-
chée. » .Mais l'homme de Dieu apa Pakhôme connaissait les ruses de Satan,
il répondit: « Pardonne-moi, j'ai péché; n'as-tu jamais péché, toi? » Sur
l'heure, celui-ci s'apaisa de sa colère. Mais notre père apa Pakhôme prit à
l'écart le père de ce couvent, et il l'interrogea, disant : « Qu'y a-t-il ? » Mais
lui, il lui dit : « Pardonne-moi, Seigneur mon père, car celui-ci m'a demandé
une chose dont il n'était pas digne4, j'ai su qu'il ne m'écouterait pas, je lui ai
dit ton nom, pensant que peut-être il resterait tranquille ; car je sais que nulle
ruse ne te restera cachée, et voici qu'il a ajouté à ses méfaits. » L'homme de
Dieu répondit, il dit : « Écoute-moi, donne-lui ce qu'il a dit, afin que par cela

i. Lisez : o-y ne e-m&iniûne. — 2. Lisez : oy ne e-riuoon. — 3. Mot à mot : Faisant trois frères. —
4. Mot à mot : Une chose en dehors de sa dignité.
loading ...