Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 528
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0056
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
528

E. AMÉLINEAU

nujtone h^.js.\aaioh ojoiooc eqoirtouj eTpeqT^X^oc UTepeqxoo'y Kôk^ï egoTH
chtaa ncou eTju.nij.dw Ainpo a.q'xoo'y u^q efioX ^e •xoo'y otujthu htac haï
egoim jmncHO-2s;c cxcoc «2£in kta.cujoju.cu. a-yu) qju nTpeirxïTc HAq egoim
Aqs'ooujT cscoc Aq'xoo'y e&o'X junec-(-^-] cuot se tooc aacu Te tcujthu aWa
ucgApeg au enîMio utaautaaoha^k Teno-y <3"e AAApeccujAAoXocei «se cha-
gApeç} epoc hca oh TunicTCTe ose chaaatoh. urepe neceuoT -^.e cu>taa euei-
ujA-se AqujTopTp aahhcoùc Aqt^oo eqgy>Tcrr aaaaoc htoc ^.e AccjOAio'Xooei une-
«TACAAq iiifio AcepHT ec^Apeo epoc hca oh eTJup uofse envoie atoù HTeio^e
AqujTV.H'X e-xu OTueg^ Aq^ooirq hac e&o"\ attoo HTepecTAcn: AAAAoq cm ovnicTic
ac\o g^a* npAH AAn-xoeic.

a k€OT\ -xe ou eiue AAnequjHpe ujApoq eim ott^aïaaooh ucuÀHpoc cnooioq
Airto a.qA^ïO'Y AAAioq eTpequj'\h'\ cxioq. HTepe neueiooT -^e hacuoaa &u>k
egOTH eoeueeTe Aq'xoo'Y aahcou €taahaaa AAnpo &cjor nrai OToem cm uoeiu
nuecuH'y riP'siTq efio\ aahai eTepe nequjHpe ujume îwxooc HAq se taaaac
neuujHpe cêoXoaa nesoem atco ucnicTeTe en^oesc avio quATAiV^oq. iirepeq-

une grande maladie de démon, désirant qu'il la guérît. Lorsqu'il lui eut
envoyé dire par le frère qui était à la porte, Pakhôme lui envoya dire : « Envoie-
moi une tunique qui lui ait appartenu et qu'elle n'ait point mise depuis qu'elle
n'a eu un accès d'épilepsie » Et, quand il l'eut reçue, il la regarda, il l'en-
voya à son père, en disant : « La tunique est bien la sienne, mais elle ne garde
pas la pureté de la vie monacale. Maintenant donc qu'elle confesse qu'elle la
gardera dorénavant, nous croyons qu'elle sera en repos. » Lorsque son père
eut entendu ces paroles, il fut troublé ; ensuite il resta à la scruter ; elle confessa
ce qu'elle avait lait et promit de se garder dans la suite de manière à ne pas
pécher contre le Seigneur. Et ainsi, il pria sur un peu d'huile, il le lui envoya
et, quand elle s'en lut frottée avec foi, elle fut guérie2 au nom du Seigneur.

Un autre lui amena son fils dans lequel était un démon difficile, et il le
supplia de prier sur lui. Lorsque notre père Pakhôme entra dans le couvent,
il envoya le frère portier, disant : « Va, prends un pain des pains des frères,
porte-le à cet homme dont le fils est malade ; dis-lui : Fais manger de ce pain à
ton fils, et crois dans le Seigneur, et il le guérira. » Lorsque le père du

i. Dans la Vie memphitique, il y a : eTa.cpa.s5c — elle a été lavée. L'arabe porte £j>. qui veut dire :
avoir un accès d'épilepsie. Je crois que nous avons là le mot thébain employé dans ce cas et que le texte
memphitique devait avoir : eTa.cpa.a5TC. — 2. Mot à mot : Elle cessa (d'être épileptique).
loading ...