Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 530
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
530

E. AMÉLINEAU

jutju.oc -xe ju-iiputeeve eT&e nTd^^o nccojuLis.Tnion -^e gen t^Tv^o ne ^7V"\js.
nTeviWo n^Aie ne iit^A^o xtnn^TsKon egoTn enev^T^H oTpai*jte o^p jmnooY
eqo nfwVAe g ili neqgHT efto"<Ygn1 TA4.nTpeqnjM.uje ei-voiXon AAnncioc ncessi
aaocit gHTq gn Teg_iH juincooTii ujaarrq- (-%■©■-) nà.-y eno*\ nqcoTn nenT^q-
T^AAioq ô^pô. n\i ïiOTTT^TV.fyo a^n ne nujô>. eneg aaïi ototom neoisvs. ^.e on eqo
nuino gjLt ncroTV. enqujivxe ^n on taac nceTOTm^Tq eko'A. eTpequtoonje

gAA n^iK^ion aah noTTd.TWo is.n ne nemeT neoir^. -^e on epe neq^i-x ujoo^e
oaa noivioiuq nueuTo<\.H unnoTTe eirujJvnTc^ne es&Tq e&o\ nqp gcofs en\c*.-
eost ô^pôL noTTivAcTo ôwn ne nemeoT^ KeoTis. 2k.e on eqo AAnopuoc ^tio jics^cï
gHT eTUjôwnTc^fsoq CTegiH nquteT^noi aah ott^TV^o aai ne nemeT.

èwcujcone -^e noTgoo'y epe neneiooT iï^o coaa £i oTAAoye aaïi| siecnn^ eqegc
k^aa epe ^eo^copoc gcouiq cofiTe nnecnH*y d^rru) umnccoc d^qei egomi gi poirge
noT^oo-y n<3"i neneuoT navgoùAA xquo'xq €TTaah2 ;vq\iKOTK epe neqcuiAAô». negp
aaoht. oeo'xoopoc n oirnpHuj nqw ôvqgoftcq e^toq mtw ne^^q nA.q "xe qi
nempHuj aaaajs.'y gi-xon mrgo&cT noTTAAH noe nnecnH-y THpcy uj^nTe msoeic

guérisons corporelles que ce sont des guérisons; les guérisons véritables, ce
sont les guérisons spirituelles dans les âmes; car un homme qui aujourd'hui
est aveugle en son cœur à cause de l'adoration des idoles, si on le guide par
la suite dans la voie de la connaissance jusqu'à ce qu'il voie et connaisse celui
qui l'a créé, n'est-ce pas une guérison éternelle et un salut? Et un autre
aussi qui est muet dans le mensonge, qui ne parle pas dans la vérité, si l'on
excite son attention pour le faire marcher dans ce qui est juste, est-ce que cela
aussi n'est pas une guérison ? Et un autre encore dont les mains sont blessées
dans les violations des commandements de Dieu, si on lui apprend à faire
attention à laire le bien, est-ce que cela aussi n'est pas une guérison ? Et un
autre aussi qui est fornicateur et orgueilleux, si on lui enseigne les voies afin
qu'il se repente, est-ce que cela aussi n'est pas une guérison ? »

Il arriva un jour, comme notre père Pakhôme était dans une ile avec les
frères, moissonnant les roseaux, que Théodore était aussi (chargé) de préparer
à manger pour les frères. Et ensuite, au soir d'un jour, notre père Pakhôme
vint, il se jeta sur une natte, il se coucha, son corps était tout froid. Théodore
apporta un tapis de poils, il l'étendit sur lui, et Pakhôme lui dit : « Enlève

i. Le mot eiio<V a été ajouté en petite écriture cursive. —

j. Lisez : coittaih.
loading ...