Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 532
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0060
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU

nitJs. eTxxxx^y. iiemi kccou <^.e on ou ruu.à. ersLAiLXts.y eqiiKOTK equjocme gtocTe
vrre neqciojmdv THpq p k^c e&OiVç^Li. ïtoock jutnujcone ^ttco neTuiAi^y neq^iTi1
mieciiH-y ct'xiA.Ronei hoto\Aht ju.n&.noi eTpeqcnroji*.q h otujhju. ï\t&t HTOcy
•^.e (-o*.-) jmnoTTOTTcouj e^- H^q fT^di âxmxoc «se AJtnconvT \n ne ooû& irrajume.
HTepequ^'y -xe -xe AinoT^" na>.q ^quj^'se a*.h ncT'&.i&.KOitei «xe ^aa^tc juuiaoi
itTeTifsiT jmneHCKOT. ^ttoj HTepoirxïTq n^q nqu^y epoq j^qp ujnHpe îiee
etiTô^qwsn cm Teqc^p^; ô^too ctcï 2 eq^oiyT nccoq eq^nopei tiTeTHcy j^mi
nKOTJ ïtOTOOTe CTpcqoTOJAA nToq •îk.e ^q^uj ô^oa*. eqosto ju.ju.oc •se to npeq^ï
©_o is.p^ ecToiii ootc unnoTTe ose eKejuepe neTÇMTcryooK irreRge juih kt€tkk«k.'y
a.ïi eneicon ivee uTd^qp koococ eT&e cy juneTR^- n^q jLtneHT^qeTei 3 jutxtoq

iTXOeiC COOTfïl *2s€ €T€TÎVTJLt.'^" ït^q JUmeUT^qQSOOC €t&HHTq ïmeiOTOliU. OTfXf

imeicto uni ■à.i^qjopis. u^p nujojne eujuiue julh hr^ ïiixi nceoT^^fc nneTOT^^Ê.
ôwTco n^i eq-xco juuuloc uepe iiepe4 neqftdJ\ pxteiH eAo\ t^p ne-x^q •se ^"gx».
niJLiiv *vU eic gen gocy d^'Wà. Rïiino'X. ïtegc rjvjli. nem^Rô^q ne gju nemoeT

que tout son corps était devenu os par suite de la longueur de la maladie; et
ce frère demandait aux frères servants un moineau pour le manger, ou un
morceau de poisson ; mais eux, ils ne voulurent pas le lui donner, disant : «Ce
n'est pas la coutume qu'une chose de cette sorte. » Mais, lorsqu'il vit qu'ils ne
le lui donnaient pas, il parla aux servants, disant: « Prenez-moi, portez-moi
à notre père. » Et, lorsqu'ils l'eurent porté et qu'il l'eut vu, il fut étonné de ce que
le frère avait duré dans sa chair, et, comme il le regardait encore, tout étonné,
sur l'heure on lui apporta quelques légumes pour les manger5; mais il gémit,
disant : « O gens qui faites acception de personnes 6, où est donc la crainte
de Dieu qui a dit: Tu aimeras ton prochain comme toi-même? N'avez-vous
pas vu ce frère comme il est devenu os? Pourquoi ne lui avez-vous pas donné
ce qu'il demandait? Le Seigneur sait que si vous ne lui donnez pas ce qu'il a
dit, je ne mangerai ni ne boirai ; car il n'y a pas de différence entre maladie
et maladie. Est-ce que toute chose n'est pas pure pour les purs? » Et en disant
ces choses, ses yeux versaient des larmes; « car, dit-il, je ne suis pas ici depuis
longtemps; mais, si je n'eusse été à moissonner les roseaux, je ne l'aurais pas
laissé dans cette grande affliction. » Sur-le-champ, on fit diligence, on envoya,

i. Lisez : iteqa-iTei. — 2. Lisez : exi.
mot : On lui apporta le petit de légumes

— 3. Lisez : aitci. — 4. Effacez le second nepe.
, — 6. Mot à mot : O preneurs de figures.

— 5. Mot à
loading ...