Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 536
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0064
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
536

E. AMÉLINEAU

jutoouje egHT ms-w epHc gipcoq nneKoeneeTe ens'me uinujiue nneRiUHpe k^tô.
n\i07TTe n^oeic neiooT eic nemoin traoi d.sTnnooTq ujis. TeKJumTJUL^ï hottc
eTpenqi neq^ireni nc^oq e&oA nnecnH-y ^ttoo n-xoï nqujunie gis. T€R€^.oircix
uja. eneo •sckxc eKtt^uj'\h'\ cxcoi rn^ge eira^ 1 nn^gpju nppo nTne k^ï o^p
d.ïiOK ^n nevx^pj^e2 juuutoq n^n ^XTVô^ itctko ngJU.gisX n^q ne juin nencoooTg
egoira €To\ eoo*y. ^vui juimicds. OToeïttj dwVenïCKonoc ! Hopeo^o^oc ^trco nisc-
khthc jitc TnoXïc ujJULiîi eneqpxn ne a<pioc eô.qTnnoo'y nc*> neneioiT n^guio.
eq<2C(0 ju.ju.oc *se ^-^icy jlijuiok eTpenTuioim ncei uj^poi îutcjuui otrgeneeTe
gjut nenjutes. "xen^c epe necjuto'y jutn^oeic n^ujcone gjm nenK&g eT&HHTK irroq
•^.e ^qTtooTn ^qqi nnecnH'y juui gen ne^p^^ioc ^ir;v\.€ ennom tusoi ^tt&cok
egHT. iiTeTncy •i.e enT^irnoog ujà. nemcnonoc ^qTcouj n^-y juinjutôv ivre*} ô^q-
X.^pse nôw"y nnenoTï nxoï eq-xto juijuioc irreige ose eic nemoTi tfsoi eqnx-
ujione nes.n eT&e crygiofi tt&itdt<7K&.ioti4. nenenoT ^e n&.gcojui rceqKOJT neeneeTe
juin necnH'y epe nennA. nojme tôJV.H'y epoq gcooiq née [sic exit).

dans la manière que tu souffres allant au nord et au midi au sujet de tes
couvents, visitant tes enfants selon Dieu, Seigneur mon père, voici cette petite
barque, je l'ai envoyée à ta piété afin que tu prennes sa cargaison, que tu la
dispenses aux frères et que la barque soit éternellement sous ta puissance, afin
que tu pries pour moi, que je trouve miséricorde près du roi du ciel, car ce
n'est pas moi qui te fais don de la (barque), mais celui dont tu es le serviteur
avec ta communauté glorieuse. » Et après un temps, un évêque orthodoxe
et ascète de la ville de Schmin, dont le nom était Arius, ayant envoyé vers
notre père Pakhôme, lui disant: « Je te supplie de te lever, de venir vers moi,
de fonder un couvent en notre endroit, afin que la bénédiction de Dieu soit sur
notre terre à cause de toi, » alors lui, il se leva, il prit les frères et quelques
anciens aussi, ils montèrent sur la petite barque, ils allèrent au nord. Mais
sur l'heure où ils parvinrent à l'évèque, il leur assigna le lieu, et il leur donna
une autre petite barque, disant ainsi: « Voici cette petite barque qui sera pour
toi pour une chose nécessaire5. » Mais notre père Pakhôme, il bâtissait le cou-
vent avec les fières et on le chargeait de mortier à la manière 6 (sic exit).....

i. Lisez : eoTius,. — 2. Lisez : ne £TfXL*>-pi^e. — 3- Lisez : amiiic*. ototociuj OTenicKOiioc. —

4. A la marge ^, septième couvent. — 5. C'est-à-dire : Tu t'en serviras quand tu en auras besoin. —
6. C'est-à-dire : Qu'il portait le mortier ou la boue délayée, tout comme les frères.
loading ...