Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 537
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0065
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

537

II'

(-recto ) (•xoKijxt.^e2 jm(ju.oq) gn ott(ujh) upoeic «m (povgje uja.

pTo(oTre) ou gen (h)hctci*. aah (gjcn »j<Vh'\ aau p^eu ueAeTH..... gn err-

p^coÊ..... ose Ut\iytoÊ..... en^uj^i (ut)no^sHHÊ nq.....îte iieqwa^girnjo-

juuue 3 ne.....taactk^.....poTge **.e (nTjepequjoone.....^ttovu^aa) âjuieir-

(rots no)eiK a>.q.....(îi)ari noJiVXo.....cÇe.....pn.....a*...... t.....

ot.....ç ôwTii.....pu tctï^ujh) THpc -se.....ncou ne.....p tctujh u(pojeïc

cm TeTr(ujH) jutnc*wMi^(TOtt) ?s.\\\ poTge (ujôw) ^tootc. n^(o_uiA».) is.qeipe k^t(^)
et enTôvqgion eTOOTq cm OTiio^ juiut\iTCJu.HT. jutimctoc irrepe npH gioTn uot-
koti es.7rôvge p^Tcy ^Tfiy <Vh"\ ^ttu) ^tccok e&o^V iiTeTiyH npoejc evcju.o'y enitoTTe

eTp^cuof! cm neirs'i'js e^n -^-co. epuj^n nonwii (-verso-).....ujà.imijo(ionje

eKegujfi eTïtoT'se (efio)\ jutn^uj^j (ami) negpouj ju.(n)gmH£ï kô.i (c)t-

tyôwmiev'Y («e) ^ ngniHÊi..... eq&oocope (ep)oo'Y ïteui^TTUiOTH nceei e£so"\

enTOO-y Jnnfio«V. sut.nzis-sut.iK nujcone ncentone junujco çm geu &ip o_n o_en sulîs.

II

.....l'éprouver en des nuits de veille depuis le soir jusqu'au matin, en

des jeûnes, des prières, des récitations 4..........Mais lorsque le soir fut

arrivé, ils mangèrent leur petit pain, le vieillard.......... toute la nuit,

car c'est la règle que nous veillions la nuit du samedi depuis le soir jusqu'au
matin. » Mais Pakhôme fit ce qu'on lui avait ordonné avec une grande
obéissance. Un peu après que le soleil se fut couché, ils se tinrent debout, ils
prièrent, ils passèrent toute la nuit, bénissant Dieu et travaillant de leurs mains

sans trêve. Si le sommeil..........ils passaient à un autre travail manuel,

rejetant la grande envie et pesanteur du sommeil ; et, s'ils voyaient que le
sommeil les terrassait, ils se levaient, ils sortaient de leur habitation vers la
montagne, afin de transporter du sable dans des corbeilles d'un lieu en un
autre lieu, faisant souffrir leur corps, afin qu'ils fussent ardents à la prière \

I. Une erreur de mise en page a fait placer à la seconde place ce fragment qui devrait occuper la pre-
mière sous le n° I. De même les numéros III, IV et V devraient être rangés sous les numéros II, III et IV.
Le n° I devrait avoir le n° V. — 2. Cf. page 13 de la vie memphitique de Pakhôme. — 3. Lisez : iteq-
tia.grnoAAeine. — 5- " s'agit des récitations qu'on faisait à haute voix des Écritures. — 4. .Mot à mot :
Afin qu'ils fussent dans leur bon sens pour la prière.
loading ...