Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 543
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0071
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

543

gi-rooTq enoTooiy ju.neTULA.i^'y. ^cujume o».e ou negoo'y xtnto^c ^t&cok julu
itcTrepH'Y £i OTcon eifxi fiene a/rco nii^^ noiftojuL H'repequjocme d^q£e"\ OTreioo
eTpeqosi jmneTOTfn^oTOJjiq. nTepeqncoo ove lu^pcc-y &.qco&Te \\;>of ik's-ois-mjul
UTepe poT^e o».e ou ujoone ^tt-^ oto> eirp çho£s i^yio uTepoT-^ otoj ^ oome
ngHTcy ôuVe eneicjo otoshp ^eii kootc ose ïteTitHT ne*, neiu> eTfciofie eirosio
xuutoc ose (szc exit).

Y

(~%e~) T^pc^û^101 ju.neqH.OTTi uk&.jjl ^q&oiK e^eueeTH. £ii OTirponoià, UTe
nnoTTe i^irei uj^poq nffi ujoajuit npoiAte eTe u^s ne nujmiT^Hce x*.u ccrypoirc
aau nujoi &Tio neosô/y ua>.q ose euoToouj eep juiou^^oc ^^thk. nToq o^e a«.q-
ujjvose «juaa^'Y ose eue cen^ujnoipos eueTreiOTe nceoTr^^cy wcts. nctx>THp. ïiTepeq-
■2kOKiju.^e o*e jutâjtoo^ uqvi^^* -ose îi^iio*y neTejutoT i^q^f eostooy xinec^Hjuià.
juxioh^d^oc ^qujoncy epoq gn crarp^uje. tiTocy o».e itTepotres eg^ora eneïTtoe} jul

échappent par son entremise à la volonté de celui-là. Mais il arriva dans les
jours de la moisson qu'ils allaient les uns avec les autres ensemble, recevant
salaire, et quand l'heure de manger fut arrivée, il prit un âne pour leur porter
ce qu'ils mangeraient. Quand il fut arrivé vers eux, il leur prépara, ils man-
gèrent ; quand le soir fut arrivé, ils cessèrent de travailler, et, quand ils eurent
cessé, quelques-uns montèrent sur l'âne par jeu, d'autres coururent après
l'âne en riant, disant (sic exit).

V

.....lorsqu'il eut achevé son petit roseau, il se rendit au couvent. Par une

providence de Dieu, trois hommes vinrent à lui, qui sont Peschîntaîse, Sou-
rous et Peschoi, et ils lui dirent: « Nous voulons être moines près de toi. »
Mais lui, il leur parla, pour voir s'ils se sépareraient de leurs parents et sui-
vraient le Sauveur. Lorsqu'il les eut éprouvés et qu'il eut vu que bonne était
leur forme, il les revêtit de l'habit des moines, il les reçut à lui avec joie. Mais
eux, lorsqu'ils furent entrés, dans cette sainte vocation, ils servaient dans de

i. Ce passage ne se trouve pas dans la vie memphitique de Pakhôme. En revanche, dans la dernière
partie, il donne une rédaction semblable, ou à peu près, à celle du fragment précédent. Je l'ai publié
malgré tout, parce que le commencement du fragment n'est pas le même et qu'il y a des variantes. Ce
sera une preuve de plus de la liberté que prenaient les scribes coptes avec le texte qu'ils copiaient.
loading ...