Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 547
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0075
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE rHÉODORE

=>47

nqu^oir^ojq hcu>i aa;v\ictô«. pio eic gHHTe aaîi kocajiïkoh u^y epou hotooaa
ot\e utuottca* A^xf AAnkoTV. aayïujs haaaaoîiô^oc. js/tco HTei^e ^qoTCAi
OTROTi g^coc cTRUJrtc AAAioq e^qp caaot ïuaa HAAAi^q uj^uTquoTq eeenecTe.
jvtcû UTepoTrei ee-e«eeT€ à. (sic exit).

VII

("PSe") é(q)ït(ak.)jmTOM AAAioq. avqoTtoiyfi ut^i oeo^uipoc «se et' eTCKOT^ujc.

HTCTIlCy ôn.tt0l)OTfU ô>.7fÊl(jOK eiTAA&. îiotfcùaa AAITÏlis.'Y CTAAAfciN'Y H€AAlt ïipO)-

aac gAA niut^ «otii)u eîAAHTï UTOcy jutnecu^Y aaaaa.T6 a^Tio UTepoTiie^ uoem

enAiocy nex^q iteeo^copoc aa^penTcooim îit(k;uj7V.h'ÎV...... tottt.....

\\<5\ ïtoem.....îiTit.....«.....<3i\.....ôkï.....ôvTTn^'y eTpu>Aie1 uovoem

eq^gep^Tq AAneTAATO eftoX ô^tco ô^cootth tmeqtî'ï'a; efso\ epoo'y eq-xio aaaaoc
•se At.es. hm îmeTiiujAHTV. cto hc^1 ïiovqe Tiv^iTO-y eojp^i uj*. irsoeic. UTemiCY
^Tn^gTO'y csaa nKôvO ô^TUiuj egp^i enxoesc s^vio ôvTtoo^o £ji geii no^ itconc
■se epe neqit^ noopuj e&cwV esMoy. AAvmcooc ^t^oû ctujTVh'X ctaahh e&oTv ujis.

suivra pas: surtout aussi, voici qu'un laïque ne nous verra pas manger et nous
ne mangerons rien en dehors de la mesure des moines \ » Et ainsi, il mangea
un peu, comme si on le transperçait, s'étant fait tout à lui jusqu'à ce qu'il l'eût
ramené au couvent. Et lorsqu'ils furent arrivés au couvent (sic exit).

VII

«.....sur le point de se reposer. » Théodore répondit : « Comme tu le

veux. » Sur l'heure ils se levèrent, ils allèrent au réfectoire : à cette heure il
n'y avait personne dans le réfectoire, sinon eux deux seulement. Et lorsqu'ils
eurent jeté les pains dans l'eau4, il dit à Théodore : « Levons-nous afin de

prier.........» Ils virent un homme lumineux qui se tenait devant eux, et

il tendit vers eux ses mains, disant : « Donnez-moi vos prières parfumées,
afin que je les porte jusqu'au Seigneur. » Sur-le-champ, ils se prosternèrent
sur la terre, ils s'écrièrent au Seigneur, ils firent de grandes prières, afin que
sa miséricorde se répandît sur eux. Ensuite ils restèrent à prier sans dis—

i. Cf. page 119 dans la vie memphittque de Pakhôme. — 2. Lisez : eoTptoAie. — ï. C'est-à-dire : De
ce que peuvent manger les moines. —4. On devait mettre les pains tremper dans l'eau pour les amollir.

69
loading ...