Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 549
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0077
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

54')

€Tttfc/ît€Y) ..... n..... n..... (r&.)t*w euj^T<3'e'\n n^v n^y e&o\

no^g ncon. eujcone oTpoouie ne ewMiovq îtT^quKOTK uj^pe ujoiaut ïi^co^Xoc
es uccaq K»wTd>. nuji nTMi^cTpoçÇH jmneitT^quKOTR eujume eq-xoce gu Teqnp^aïc
uj^TTiiiiooTrco-y gcoo-y eir;xoce eTT^eiH^ eujcone guicoq eqo hkoti ii^ht

<?h TeqjvH^cTpoçÇH uj^TTnuoo7rco*Y ïicojq eTeMiHy eqeipe ^.e xin^j n&\ n'soeic
^en^c (-pj.h-) iieTtiHY «c^ nptjajuie e&xx nequjme eTeeuie Aixioq e&oAcm ccojlia.
qîi otaaiit^puj £ht aihitotc wceei tt^i goeme eT'xoce ncà. otrottï gît Teq-
np^^ic nce^pto h^q g$i oir^c^s k\t\ nTTmoc uue^oTcià. eTgxi nud^. ucta*.-
x».is.y «.en eimpe £ti omumTpeq'xi eTÉie omuLiiT^p^con ecoToug e&o<v jl*.h
OTjmuTpxt.ju.^o xt.ii OTeocy eqiyoTreiT ^-yco neTcoujq £H ugHKe uj^T^poii u^-y
k^tjs. nevcioujq julïi TeiTAAttT^HKe «c^otcijv •xe KToo-y «.miOTTe eqeipe ugtofï

«.noTdw noTj. ïiT&qj^'y ^topic xiitTpeq'si go. nujoxiuT -^.e Uft^ce^oc ctc
uj^TTiiiiooTco-Y hc^ npojjme uj^tt^ïito'Y eirxoce eHCTepHY k(^)t&. tô^ic (^too)
«tcoota*. (n«v ne)T<xoce e.....oy o.....-y.....oo.....e.....(~P%^~) £9**P€

l'emmener hors du corps. Voici le type de la manière dont on visite 1 les bons

frères..........selon la manière dont on le leur révéla une foule de fois. Si

c'est un homme bon qui s'est couché, trois anges viennent le chercher, selon
la mesure de la conduite de celui qui s'est couché ; si c'est quelqu'un d'élevé
dans ses actions, on les envoie élevés aussi et glorieux; si c'est aussi quelqu'un
petit de cœur dans sa conduite, on envoie le chercher des (anges) humbles, le
Seigneur agissant ainsi afin que ceux qui descendent chercher l'homme pour
le visiter l'emmènent hors du corps avec mansuétude, de peur que quelques-
uns d'élevés n'aillent chercher quelqu'un qui a été petit dans ses actions, qu'ils
n'en usent avec lui avec légèreté, selon la manière des puissances terrestres.
Celles-ci à la vérité agissent par acception de personnes, à cause d'une magis-
trature évidente, d'une richesse et une gloire vaine; de ceux qui sont méprisés
parmi les pauvres, ils en usent selon leur mépris2 et leur pauvreté; mais les
puissances célestes font toute chose dans un jugement vrai, selon la volonté
du Seigneur et selon la dignité des œuvres que chacun a faites, sans acception
de personnes. Les trois anges que l'on a envoyés pour chercher l'homme, on
les trouve élevés les uns plus que les autres en rang et obéissant à celui qui est

i. A l'heure de la mort. — 2. Le mépris qu'on leur témoigne.
loading ...