Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 550
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0078
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
550

E. A.MÉLINEAU

ott\ ôkge p^Tq gà. Teq&ne ^too ottô^ ga». neqoirepHTe ncep necju.oT ngen pcoju.e
eifTegc neo epoq gn n.ev&m uj^nTe Tev^j-y^H ei egp^i htc nKÉOT^ cootttii
e&o'X ïiotthoiS' noftooc .nnn^TiKoii nq'xiTc eop^i epoq ôvTco ïitoc tc\^"t^h

ju.npooju.e eTOT^*j> uj^Kge epoc ette(cu>)c ecoTofiiy..... HOTepio..... «ot-

^XMoon (jmtio) a*.huc(ôv).....vJ/t^çh.....ng..........nd.coe'Xoc auLi^gTe

jmnTon ciïôk.'y JU.neg&ooc gi n^gcy ^tcù UTe nneoTà. ;vuLdvgTe nc^ KdvTà.

nCCAAOT JUinCCOJLA^ €TC UJ^VTOOOTil JLlJULOq \\&\ itpOJJLie £ nK^g ^VUi HT€

nRe^cicte'\oc jLioouje gs «ri eq^'xXXei gn oT\cne e.0.11 'Xa.à.'Y cootîi ju.ju.oc OT-^e
oïi neTitd.'Y enetonT^cï^ €Te netie\u>T n^gcoA* ne jlah eeci.u>poc Ji*.oiion nety^-y-
ccjOtjli enne^cceXoc cna^ cttosol» jutjutoc *xe ^'\'\H'\oTnà. (-po_) irreige nce

jutoouje hjujul^c giTji*. n&Hp encô. HjuLAià. ïiujô. neiu*vTJL*.oouje <*.e mi née ngen
pcojute eTe ig^Tjmoouje gn neTOTepHTe crctoK gn tct^i juuutoouje ne»e

uotjuioo'Y eqccoK e&o'X'xe gen ne ^tco ujJvTrjuioouje iuulju.&.c enssicc <^eK^c

eceu^'Y eToiKOTjutenH otm ^pH-xc nostoc uj^ csuic ^Trio ncn^Y encumT -mpq
iic^ eooy juncsoeic jumnccoc nceTCôv&oc enecjuià. njmTOH giTJi*. nTtoiy ju.ri'xoeic
csck^c juuuic&. Tpec&ion egoirn enec*jijv njutToii gmt negÊHire eceeume ii&&.c&.hoc

plus élevé.......... l'un se tient à sa tête, l'autreà ses pieds, semblables à

des hommes qui l'oignent d'huile de leurs mains, jusqu'à ce que l'âme soit
sortie, que le troisième étende ungrand vêtement spirituel, qu'il l'en enveloppe.
Et elle, l'âme de l'homme saint, tu la trouveras belle, blanche plus que la

neige. Et après que l'âme est sortie du corps.....l'un des deux anges saisit

les deux extrémités du vêtement par derrière et l'autre les saisit par devant,
selon la manière du corps que les hommes lèvent de dessus terre, et le troi-
sième ange marche en avant, chantant des psaumes dans une langue que
personne ne connaît, pas même ceux qui virent cette vision, à savoir notre
père Pakhôme et Théodore : ils entendaient seulement les deux autres anges
dire : Alléluia. Et ainsi, ils marchent avec elle par l'air vers l'Orient, ils ne
marchent pas comme des hommes qui marchent avec leur pieds, mais ils
glissent dans leur marche à la manière d'une eau qui glisse, parce que ce sont
des esprits. Et ils marchent avec elle vers les hauteurs, afin qu'elle voie la
terre habitée d'un bout à l'autre, qu'elle voie toute la création, qu'elle rende
gloire au Seigneur. Ensuite ils lui indiquent son lieu de repos, selon l'ordre du
Seigneur, afin qu'après être entrée dans son lieu de repos, grâce à ses œuvres,
elle voie tous les tourments dont elle a été sauvée et qu'elle bénisse tant et plus
loading ...