Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 553
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0081
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

553

eqnjviy'XHiV. (xijnqeujty.iA^'oji*. e^g^e epavTq eTÊe (-e)oTe jumjutà. eTÂXMX^y HTe-y-
ucvy (A)qgA*.ooc enecHT HTepeqgAtooc (^e) oïi es.qo'Xifie îtee HOTpoouie eirgo'xgss
o.ju.oq OTTooq util noso chté. uTeimoy is.qout'q d.qn<jaT enc*. niioX UTCTti^vc
km t«^p ik\\ THpoy «eq(c)ooT« Ml. ne ose nevieioiT n^gooju. ngoTii enu^ ct-
njLt^Y- r1^1 nc ns'w'A.n e(Ê)o2V. uT&.q<3'io('\.n) (sic exii).

IX

(-pA-e--) weïiT*wRït*k'Y epooy d.ps jmiiTpe ju-ju-oo-y nneciury 'sen^c emi^^-
ccoui^e eTjmTpeTrej enesfi^c^noc îiTeïJutme uta. nnoTTe o^p thiiooitt iy(jv)poK
ctcMio(kJ eiiM THpo(,y -XyeK^c euep «.(uTjpe juLAiocy it^-y. ^tco ïtTo(q ne)neju)t

n(^oto)ju. eqig^n.....neciiH-y uquj\se epooy nujopn <g\x niy^e mieop^qjH

eTOTT*».Mi e&o'X'xe n^i ne n^PKdao» 1 d«/yio miïqe iitc nuoTTe juiitncioc nq-sto
epctoy KUKo'A.d.csc THpcy h^j eiiT^Trgtott eTOOTq eTjaHHTcy ^ït«. n^oeic -seR^c
emi^p oot€ ucep fioA epoo-y ^tco ïtceTuip nofie -2s:eKà.c eTni^KOTrgui ufi^ciaioc
xxvl nTuutcjopjà. eHT^qïVi».'y epocy. ik-$-(ù ïie^ nco cit jumeiieiioT n^£io.ut xin

pût se tenir debout à cause de la crainte de ce lieu. Sur l'heure, il s'assit à
terre. Quand il se fut assis, il fut brisé, comme un homme que l'on serre entre
deux murs. Sur l'heure, il se leva, il courut hors de la synaxe2; car (en) tout
cela, il ne savait pas que notre père Pakhôme se trouvait en ce lieu. Et voici
la vision qu'il vit (sic exit).

IX

..... Ce que tu as vu, fais-en témoignage aux frères, afin qu'ils com-
battent de manière à ne pas venir en ces tourments ; car Dieu m'a envoyé vers
toi pour t'informer de tout cela, afin que tu leur en rendes témoignage. »
Et notre père Pakhôme, s'il parlait aux frères, il leur disait d'abord les paroles
des Saintes-Ecritures, parce quelles étaient nécessaires et le souffle de Dieu;
ensuite il leur disait tous les châtiments qu'on lui avait ordonné de dire de la
part du Seigneur, afin qu'ils craignissent, qu'ils y échappassent et qu'ils ne
commissent point de péchés, afin d'être sauvés des châtiments et des tour-
ments qu'il avait vus. Et la célébrité de notre père Pakhôme et de son amour
pour Dieu avait atteint tout le monde, de sorte que les étrangers et les Ro-

i. Lisez : îi&if&.uK&ion. — 2. C'est-à-dire : Hors du lieu où les frères se réunissaient pour la prière.
loading ...