Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 555
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0083
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

555

eqeipe n.....nno& xino'A.TTei^ 1 k^tjs. Teq^ox*. eÊioTV. ose qgmi egoTn ctithch

€Tne>.no7rc ^ttco eTgoTv.c? aoia.. ô>.ed>.nè>.ci:oc. juumcà. juMiTcnoo-yce -^.e npojume eqiouj
gn t€rk\hci^ npa^KOTe iieqn^Y eneTgn tckrA.hci^ njuju^q ctc iim ne ne-
R<V.Hpmoc eTujoon gn oeit TpT'^H en^ujojo'y (,szc exit).

X

(-recto-).....ojk (gn OTrjuies.2 eqc<5'pà.gT ^qujTV.HTV htctuih THpc -sen^c epe

rnsoeic <3"toA.n epoq jumec^1 &oocon -xe nTô.qujc»}ne gn nui*, npcojuie 'à.e iiTis.qeipc
junxi ene iiToq cto mtO(3' eTcooirgc erAxxtis.y eneqpaai ne es.no'Woomoc &.ttu>
îtToq gcouiq ne evqp TeTUjH eTuuu.^'y equieXeTis. gn ovno<3' ncxstH gn neop^rÇH
eT&e e^mov^ià. ju.neqgm\ ^cujoone «xe epe neneioiT nis.gto.1*. ujAnX eqdwiT! ' xxn-

-îtoeïc ôwT<3'u)7V.n na^q e&o\ juinenT^.qtyaine.....a.c.....ott urne.....xx&y gi-

TooTq a».q^n;s.Kpine juuut.oq ôwTTO) junnciv Tpeq^no-yq d>.qjuenrre enneoTôw ô.quj^-
■xe njuju^q g**, ngcofi nTà.qge ngHTq à.qgojuoAocei nTeTitoy eqconc eTpeq^
jueT^nojis. n*.q eq-xoo jujuoc «xe Kd>.n ivip no&e es.TU) a.id>.ce£iei ô>.2V.A.ô>. t^junTev-

grands services selon son pouvoir, parce qu'il était proche de la source bonne
et douce, apa Athanase. Après douze ans qu'il était lecteur dans l'église de
Rakoti, il voyait que ceux qui étaient dans l'église avec lui, à savoir les clercs,
étaient dans de nombreuses délices (sic exit).

X

.....il alla dans un lieu écarté et pria toute la nuit afin que le Seigneur lui

révélât en qui était cette mauvaise odeur. Mais l'homme qui avait fait cela était
le grand sur cette communauté-là, il se nommait Apollonius, et lui aussi passa
toute la nuit récitant à haute voix des passages de l'Écriture sur l'aveuglement
de son cœur. Mais il arriva, comme notre père Pakhôme priait, demandant

au Seigneur, qu'on lui révéla ce qui avait eu lieu.......il le jugea. Après

qu'il l'eût interrogé, il appela l'autre, il lui parla de la chose dans laquelle il
était tombé : sur l'heure celui-ci confessa, le priant de lui donner une pénitence,
disant : « Quand même j'ai péché et que j'ai fait une impiété, cependant l'im-
piété que j'avais commencée, je ne l'ai pas accomplie. » Il lui dit : « Est-ce que

i. Lisez : ju.noA.iTen>.. — 2. Cf. la page 477 de la vie arabe de Pakhôme. — 3. Lisez : eqe^iTei.

70
loading ...