Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 564
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
564

E. AMÉLINEAU

ne. ôvJion gooocm ou eiyxe «.neiroeiiu eneqiyoon njuuui^n grxii. nK^g \\&\ nen-
escoT nepe nppo nuppoocY nxoeic xtnTHpq eipe ngen \io& jut.neTHd>.H07rq njuuu.ft.ii
eT&e ueqconc jum uequj'tV.HiV. eTqeipe juuu.oo'y g^poti gn gcoft mua. eie Tency
ojul nTpeqguiït egoTit ennoirTe julh qua.cioT.iUi mi epoq eneooiro eqcjuuuie o*.-
pcm equjoon cm hcckhiih mv2kSKA.ioc. k\s uô.p equjôvii'^.OKïJu.^e Jut.iA.cm nqTjm-
êohocï epovi noTnjcTïc ïiaot *m tc tô.ï ecTd^pH'Y eTpen^ooc se ^ nxoeïc k**
»m ucooq gjm (-cive-) nTpevKOOooqe jumen/soi. eie eujcone eiruj»m e^oopi^e juuulok
\\&\ hc^otcia. xinK^g ç^uiCTe eTpenujcone çm otjuuitosjl^ikX née n^ôminX jljlïi
uequjÊeep iim «it\tc^s nam eTÊHHTcy tieTUjoon ne çm tô.unVh jumppo
nemcumoc nô.ÊoT^O'i.onocop e/yo n».q iiçjmul£«v\ oy neTimô.<xooq L ïieTJuuLt&.'y
c**.p HeTgTrnoT^cce iid.q on ç>u>îi kijui ^topic cygoofi eim».p no&e ennoTTe
nçmTq jumiicioc HTepeqT&go ep*.Tc iveiKoon niiov& eqcsooc n^*Y eTCTiiTA*.-
otcoujt n^c ^■nô.'XïXMopei2 juuuLCOTtt uToo-y <*.e MrcooTn îiô.'y juin^i ô.Trnô.p^^i-
■à.o'Y imeTcoojuLà. enKcocrT ecurye epoc eTpevà.pii^ uniioTTe nneireioTe. ct&c n^i
pio d. nxi^r^pioc ivd.nocTo'A.oc neTpoc cg&.i na.n ne e&Jaie thttîi ncooiiT nui*.

dans le temps où notre père était avec nous dans la chair, le roi des rois, le Sei-
gneur universel, faisait pour nous ces grands biens à cause ds ses oraisons et
de ses prières qu'il faisait pour nous tous en toute chose, eh bien ! maintenant,
quand il s'est approché de Dieu, est-ce que Dieu ne l'écoutera pas davantage
lorsqu'il intercède pour nous, lorsqu'il est dans le tabernacle des justes. Car
s'il nous éprouve, s'il ne nous secourt point, ce n'est pas pour nous une
raison assurée de dire ? : Le Seigneur nous a oubliés, lorsqu'on a arrêté notre
barque. Eh bien ! si les puissances de la terre nous exilaient, de sorte que nous
fussions dans une servitude, comme Daniel et ses amis, dont on nous a écrit
qu'ils étaient dans la cour du roi impie Nabuchodonosor, étant ses esclaves,
que dirions-nous ? Car ceux-là étaient soumis en toute chose, excepté les choses
pour lesquelles ils auraient commis le péché contre Dieu. Ensuite, lorsqu'il
eut élevé cette statue d'or, en leur disant : Si vous ne l'adorez pas, je vous
châtierai; ils choisirent pour eux d'être châtiés4, ils livrèrent leurs corps au feu
plutôt que de renier le Dieu de leurs pères. C'est pourquoi le bienheureux
apôtre Pierre nous a écrit : Humiliez-vous devant toute créature humaine à

i. Lisez : oy ne eTiu^oo*}-. — 2. Lisez : ^n.«.TiJui.u>pei. — 3. Mot à mot : Une foi ferme n'est pas à
nous, afin que nous disions. — 4. Mot à mot : Ils choisirent pour eux cela.
loading ...