Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 566
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0094
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
566

E. AMÉL1NEAU

eTAiii.Js.-y j\ ^H^emuoit c€T£ neqncx? THpcvy eçjoim ^qujjvxe nxixus-y ttTeige
■2se Jsinjs'y egen noar nujTopTp nTeiOTrujH ooocre njspj\ ottkoti nceqi îitjs-
y^v^h Teno-y Jsixooe «se xieiyj\K nTe nj\i TJvgoi eT&e nsoi nnpxiTj\&mmce
HT^TCTïiKoofieq no)t on OTc^enH nT€TnRjs.j\q njs*y efio»V se gn gxi£jv\ utc
nuoTTTe ne. nTemicy a^res e£»o<V (-c^>) eirnHT eircjN. neTepH'y \\&\ ngxigjvA.
xingHcexioon jstio jstsï cxio-y efio'A.QjTOOTO'y oTKJy neirxoi eiioA. JvqKToq ^.e
ïi^i Jsnjs. oeo-2s0i>poc ne-xj^q tmecnH'y se «s.njs.<y eTxinTjscjveoc xinnoiTTe née
enTJvqeipe tiAt.jU.aitt ti.Temos' nstopejs kjsi uèvp eT&e nensmjsiocTnH jsqeipe
nxixiJs.it xinjsi jsXXjs eT&e nenenoT nsmdvioc eiiTjsqfscùK epjsTq xinnoTTe xin
iteuj'\H'\ on xineiteioûT eTOTJ\dwfi eTgen TenxiHTe xinocvy Jsnjs. neTptonioc
npioxie itjsxie ctc xin Kpoq ngHTq. ïiecnH'Y ^e tynHpe itTnicTic xineiteioT
eeosiopoc egoTit enuoTTe xin Teqn^ppHci*. «toshk eftoX cm goo& nixi enjs-
noTq ô^-ycjù Jsirc<3'Hp ç>i neTsoi encjs xinexicMT. itTepoirnioc; enToo-y n^-Àos jcît-
ujine eT&e nxusKJspioc jsiiTumioc njvii^^topHTHc jsTTJsxioo'y se qgxi

neqxion^cTHpion €Tgxi nTOO-y ctç^iÊoTV. eqttKOTK equjcone. tiTeTncy Js.-yxiJ\tte

moitié de la nuit. Mais le matin de ce jour-là, le préfet réunit tous ses grands,
il parla avec eux ainsi : « J'ai vu de grands troubles cette nuit, de sorte qu'un
peu plus on emmenait mon âme. Maintenant je me suis dit : Peut-être ceci
m'est-il arrivé à cause de la barque des hommes de Tabennîsi que j'ai arrêtée ;
courez en hâte, relâchez-la leur, car ce sont des hommes de Dieu. » Sur l'heure
les serviteurs du préfet sortirent, courant les uns derrière les autres, ils prirent
leur bénédiction, ils relâchèrent leur barque. Apa Théodore se tourna, il dit
aux frères : « Voyez la bonté de Dieu, dans la manière qu'il nous a fait
cette grande faveur, car ce n'est pas à cause de notre justice qu'il nous a fait
cela, mais à cause de notre père le juste qui est allé vers Dieu et à cause des
prières de notre père saint qui est en ce temps au milieu de nous, apa Pétro-
nios, (qui est) vraiment l'homme où il n'y a pas de ruse. » xVIais les frères
admirèrent la foi de notre père Théodore envers Dieu et sa liberté parfaite en
toute bonne chose, et ils naviguèrent vers le Nord sur leur barque. Lorsqu'ils
furent arrivés à la montagne de Tilodj, ils s'informèrent du bienheureux apa
Antoine, l'anachorète; on leur annonça qu'il était dans son monastère qui se
trouve dans la montagne extérieure1, couché, malade. Sur-le-champ, ils firent

i. C'est-à-dire : Le côté de la montagne qui se trouvait en face de la terre cultivée.
loading ...