Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 567
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0095
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

567

msoi eneupo ^t&oùk e^psvi eTpeTF^nMiTà. epoq ucz&asl nequjme. ^toc» iiTepoT-
Tdjuoq -se ïteciiH-y ne ktkouuoui^ ht^fciirtHce ctotiouj et?**. nenigme nTepeq-
cctju neTrpaai -^e ^qTpe imeTg^çrmq TooTq è^qTOimocq cfioA^e ô^qojcK
ojut uujco- (-c^ô».-) ne eT&e n^ujôvj june^ponoc. à. w.eciiH'Y ^.e ctcoott^ epoq p
ujimpe ôkTto ôkTiVM.d>.£Te ju.ju.oq ^qjuoouje i^qei eliOiV.^HTO'y ujx npo juneqjuo-
u^cTHpion ^q^cnx^e jujuocy oTnej ecoT^ddi. juuuccoc à. ^ecxcopoc
ôwjuôvg^Te iiTeq^i'sl uoimevju <^n^ ^k^moc cuotoq ^q^ju^gre ïiTeqs'ï's Hg&o-yp
^TTJUOoitje ïiJUJUivq epe miecun-y THpo-Y oth^ nccoq ujMiTqei egomi ému;*.
ÊTqnROTK ng^HTq jumicu>c ^ttuj'Ah'X ^tcmuooc egjpM. sieciiH-y «*.e THpoy ^t-
gAjtooc junequooTe cth othoiî npôvuje gi rieqgo ivee novivctct€'\oc irre miOTTe.
^ttoo ^qa>.p2£ej uujd^e ujliai.n y eqn^pes.K£v\ei jujuooy eq^sco jujuoc *2se junp-
^.Tmei oj rt€chh*Y eTiie npoojue h-xikmoc jot^. n^guujt -se ^qnuoTK km ir^p
evTeTïiiyojne «ô^q nciojuà. ^iroo is.TeTïi'xi eÊ>o*\gjjL neqrm^. outcoc Mgice eiem-
e^rjuej eTp^n^y epoq mtcj1 eqgA*. ncoojuôv ^ttoo Jueuj^K junip junujx km c^p
ïtevjTT^H eiiT^qcoo-yo^oY egoTîi uj^poq enevpgicT^ jujuooy eTro-rr^fc junosoeic

aborder leur barque au rivage, ils montèrent pour l'aborder et le visiter. Et
lorsqu'on l'eut informé, disant : « Les frères de la communauté de Tabennîsi
désirent te rendre visite ; » lorsqu'il eut entendu leur nom, il se fît donner la
main par l'un de ceux qui étaient près de lui, il se leva, car il y avait longtemps2
qu'il était malade à cause de la longueur de sa vie. Les frères qui étaient réunis
avec lui s'étonnèrent, ils le saisirent, il marcha, il alla au-devant d'eux jusqu'à
la porte de son monastère, il les baisa d'un saint baiser. Ensuite apa Théodore
s'empara de sa main droite, apa Zachée s'empara aussi de sa main gauche,
ils marchèrent avec lui, tous les frères le suivant, jusqu'à ce qu'il fût entré
dans le lieu où il était couché; ensuite ils prièrent, ils s'assirent : tous les frères
s'assirent autour de lui, pendant qu'une grande joie était sur son visage,
comme s'il eût été un ange de Dieu. Et il commença de leur parler, les exhor-
tant, leur disant : « Ne soyez point dans le deuil, ô frères, à cause de l'homme
juste apa Pakhôme, parce qu'il s'est endormi, car vous êtes devenus son corps
et vous avez reçu de son esprit. Vraiment, j'ai eu un grand désir3 de le voir
encore vivant4, et peut-être n'en ai-je pas été digne, car (par) les âmes qu'il a

1. Lisez : cti. — 2. Mot à mot : il avait tardé dans la maladie, à cause de la longueur du temps. —
3. Mot à mot : J:ai souffert désirant. — 4. Mot à mot : De le voir encore dans le corps.
loading ...