Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 570
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0098
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
57o E. AMÉLINEAU

(-c^.-) tiTit neTrepH-y nwT nceei egoim uja^pcm nce^u) eTenoi^Xei h^i eTp^c-

g^Hy g ji u^ï Ki»t&. neuc^Hjutà. uj^stojotîi <gn oif^enH M.T^ô^w)£iopei ndvi e^otu
enTOo-y iita^co g^pi o&poi. iid>.i <xe eq^oo m.jmoo'y n&\ rum^K^piTHc aate*. js.h-
tcohioc cqT^eio «tito^-yt!*». 1 nnecïiHy eTotr^^fc ïiTRomoittiis.. neira gen no& •à.e

AAJUtHHUje g^gTHq JLinïl^Y eTJU.AAÔ.'Y ^€It K*\HpïKOC AJUl geif. d^ïCùAAdvTmOC

e^Tei uj^poq ■se eirïiM?H nequjme ncexi csmoy e&o<\.oïTOOTq. iiToq "^.e eue
^qeïjme eneTfuiOKâJieK ose ^TKp.M.pjuL cxïi e^e eTqT^eio miecttH'y n.TKOituom&.
«vTO) ne-xa^q u^'y gi otcoïï ^«xio jlajuloc ïihtïi "se no*W^Kic ivTeTîiôvCd.n^RTeï
iieTitoHT •se &.rr&.eie Tno"\vTi^2 îmecHH'y. ^7totï-oûuj& '^.e na<q u^i îickXh-
pmoc Qtc aah c^p eivxm'xh ^ïid^ôai^KTei juuutcm èvWjs. €HT^iiôv<7a<it^KTei ojul
nerigHT 'xe eic otuo^ uoiroeiuj 's.m itT^KUjootte ^tco otoîi kia* eTiiH-y uj^poK
e&UL neKujiiie citc enicKonoc citc Tpi&cnmoc eiTe kojulïc 3 eiTe ^ïoojjiôkTïKOc
çs^n^ gavnAooc ue jm€KeujTa>oim egp&.i e&cna^e ïi\xô.*y ju.Ai.on à.'Wà. euj^ïi-

ments de ceux qui ont été violentés les uns par les autres se pressent de venir
vers nous4, ils restent, me fatiguant, afin que j'écrive aux puissances et aux
magistrats à cause des violences dont ils sont l'objet. Mais moi, j'ai vu qu'il n'y
avait point de profit en cela pour notre but, je me suis levé en hâte, afin de
me retirer dans la montagne pour être seul. » Ces choses, comme les disait le
bienheureux apa Antoine pour glorifier le service des frères saints de la com-
munauté, il y avait près de lui en ce moment de grandes foules des clercs, et
de hauts personnages, venus pour le visiter, pour recevoir sa bénédiction;
mais lui, il savait leurs pensées, car ils murmuraient sur la manière dont il
avait glorifié les frères de la communauté, et il leur dit à tous à la fois : « Je
vous dis que peut-être vous supportez mal en votre cœur que j'ai glorifié le
service des frères. » Les clercs lui répondirent : « Est-ce que nous nous irri-
tons sans cause? Non; mais nous nous irritons en notre cœur, parce que voici
longtemps que tu es malade, et quiconque vient vers toi, pour te visiter, soit
évêque, soit tribun, soit comte, soit haut personnage en un mot, tu ne peux
pas te lever pour les saluer; non, mais lorsque nous nous prosternons sur toi,

i. Lisez : n-rnoArreid.. — 2. Lisez : emoArrei*.. — 3. Lisez : koajlhc. — 4- C'est-à-dire que des foules
de gens qui veulent me parler se pressent autour de moi, au sujet des violences qu'on leur a faites et
m'importunent, etc.
loading ...