Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 571
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0099
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

57i

n^gm egjp^ï esu>r (-c^e-) îiTiid^cn^e KTeRôkne h TeRT^npo h TeRAAecoHT gcoc
gn oTunr gjuiOT Xomon HTepomt noTco uô^r eTfie necsiH'y HT^fnmHce nTevucy
*>.RC^gtoR egpôkl dkRR^dwîl THpïl CRgAtOOC egpM is.Kx«.ooaje eÊoA^HTO-y €RgH
otiicxï îipaage ^Rd.cn^e xtxxooy gn otro^ rottcouj. ^qoircoujfi ■xe ui^Y \\<3\
<\n<\ a.iiTOjnioc •sf ^-ïi^nioe 1 jujuicotr o jli n^s ut^scjo eptoTii jLtncops UTjme
eitT^cujcone nsoeic neTcooTn 2 se €têhhtoy rt^iêcor e&oTV. e^n^HTis. epocy
juuutô^Te ô^Wjs. OTd^ceTVoc îitc nnoTTe eq£a. eooy ne ut^qei egoim g à. tct^h
^qTAJU.01 ^eH AAn^TOTR noirio «m se eïc nujHpe jLin^ooojui nTedàimHce a^Tei
ujdvpoR îKTfiù ctci 3 equj^se uajuuum ïk5"i n^irceTVoc à. noiroo ei egomi n^i o rm
ïtecnHy se eic itecuH'y uTKomtoniis. ô<t€i uj^pon ctr^u neitujme UTeTuo-y
ot^ojul irre nsoeic OTUig epoi &.ITIOOVK danoiT eftoXgHTO'Y a^cn^e ijumocy
km <?^p aAHeooc u^ixTcy e-trajAnsioR e&o*\ gu nenTôkqgcmo,y ctooto'y \\&\
neTeicoT ôoiô* n^giout npcouie ttTe"\ioc4 gn go» Ci tiuui. o ouioiooc ^totooujê goocY
\\&\ «ecnHy eTgjm neqA*.oitô>.cTHpioH se eujse (-car-) ceutnujd. nneiT^eio THpo*Y
«Td.R'soo'y eTÊHHTO'Y n&i necnny KTKomumià. eie nooc epuj^n Te^peia. ujione

nous baisons ta tête, ou ta bouche, ou ta poitrine, comme avec action de grâces;
mais lorsqu'on t'as eu apporté la nouvelle au sujet des frères de Tabennîsi, sur
l'heure, tu t'es éloigné, tu nous a tous laissés assis, tu as marché au-devant
d'eux étant dans une grande joie, tu les as baisés avec un grand désir. » Apa
Antoine leur répondit : « Je vous rendrai raison en ceci que je vous dirai la
(chose) vraie et exacte qui a eu lieu : le Seigneur sait que ce n'est pas à cause
d'eux seulement que je suis sorti pour aller à leur rencontre ; mais c'est un ange
du Seigneur dans la gloire qui m'a conduit vers eux et me les avait annoncés,
avant qu'on m'apportât la nouvelle, en disant : Voici les enfants de Pakhôme
de Tabennîsi qui sont venus vers toi; et comme l'ange nous parlait encore, la
nouvelle m'est venue par les frères que : voici les frères de la communauté qui
sont venus vers nous, afin de nous visiter. Aussitôt une puissance du Seigneur
s'est posée sur moi, je me suis levé, j'ai couru au-devant d'eux, je les ai
baisés, car vraiment ils sont heureux, s'ils accomplissent ce que leur a or-
donné leur père apa Pakhôme, l'homme parfait en toute chose. » Semblable-
ment aussi, les frères qui étaient dans son monastère prirent la parole, disant :
« Si les frères de la communauté sont dignes de tous les éloges que tu as dits

i. Lisez : ■^■itd.nei-e-e. — 2. Lisez : ne eTcoo-yrt. — 3. Lisez : cti. — 4. Lisez : rtTeAeioc.

72
loading ...