Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 572
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0100
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU

HTenn^pjsce £ith neTgeneeTH ujesir^ gice n.\n ;s.ir^n^Kpme «.«.on se nTCOTH
gen AieAiTiisitoc 1 uj^ngîce engoAiOiVooei se e«Hn ejsnes. \tiTW«ioc nesis^ se
ujispe g^g es cn€5A*^ nceep a*.nTpe se eiwn epoq itTïtigono-y epon KisTes Ten-
to*\h a*.neT^c«rie'\ion «.nncioc evujôvnfîtûK e&oAgiTOOTn ujisnujme eT&HHTO'Y
nTnge epocy egen a4.eAiTiis.noc2 ne goju.toc ngice se ettHn epon jmeimicTeTe
n&.n. ^qoTCûujJa se n&i soiis aarrionioc nesisq nis.y se co ngesnAo-yc eTe a*mis.y
AXMJLiKy nTsi^Kpjcic nnecpà.çÇH es.tco eTujcon epocy noicoit hïji*. A.sn soniA*vs^e
juh eTeTiioTrcouj eTpe necnH-y nTKomconiiv eTOT^esÊ p TCTitge nceTjmujcone npeq-
soKiitiis^e nAawà.'Y nTocy t*à.p ceeipe aa.nju.eeTe AAnujà.se eTCHg gAA neT^c^e-
Ason ceujoon gn gespeg hiaa n»e eTepe nensoeic sco aaaaoc se ^ gTHTn epwrn
enenpotÇHTHc nnotrs nes.i eTnH^ uj^pioTit gn gen g&cio necocy neTgoirn se
gen ovtonuj npeqTiopn ne mtco on se somuies- (-c^-) "Çe ngtoft uiai ^aa^gTe
jumneTnesnoirq efioAse 07m o-stscôoïh pe 3 npoiAie AAeeTe epoc se njsnoTc epe
TecjvgH nHg eisJunTe. necnH-y se un neR^Hpinoc esTnree4 esn gco& hiaa nT^eio

à leur sujet, comment se fait-il que, si besoin est que nous passions près de
leurs couvents, ils nous fassent souffrir, qu'ils nous jugent, disant : Vous êtes
des Méfétiens5 ? Nous nous fatiguons à confesser que nous appartenons à apa
Antoine, ils nous disent : Des foules viennent ici pour témoigner en disant :
Nous appartenons à apa Antoine, — afin que nous les recevions selon le com-
mandement de l'Evangile, et ensuite, lorsqu'ils s'en sont allés, si nous faisons
une enquête à leur sujet, nous trouvons que c'étaient des Mélétiens, — et
cependant nous nous fatiguons à dire que nous t'appartenons, ils ne nous
croient point. » Apa Antoine leur répondit, il leur dit : « O simples, qui n'avez
pas le discernement des Écritures et qui recevez quiconque vient à vous sans
l'éprouver, est-ce que vous voulez que les frères de la communauté sainte fassent
à votre manière, qu'ils n'éprouvent personne? Pour eux, ils font souvenir de
la parole écrite dans l'Evangile, ils demeurent en toute garde6, ainsi que le dit
Notre-Seigneur : Gardez-vous des prophètes menteurs qui viennent à vous
sous la toison des brebis, quand au dedans ils sont des loups ravissants ; et
encore : Eprouvez toute chose, prenez ce qui est bon,.car une charité dont
l'homme pense qu'elle est bonne, sa fin conduit à l'enfer. » Les frères et les

1. Lisez : AieAcTUsnoc. — 2. Lisez : Ai.eAeTi.Mioc. — 3. Lisez : eTepe. — 4. Lisez : ^-ynei-ee. —

5. 11 s'agit des sectateurs de Mélèce, évêque d'Asiout, qui avait créé un schisme en voulant se rendre
maître du siège patriarcal d'Alexandrie. — 6. Mot à mot : Ils sont en toute garde.
loading ...