Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 573
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0101
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

57?

enTis.q-soo'y \\&\ ^na>. ôwîiTOiitsoc exn ueciiH'y îtTKomumia». ^tco uutitcoic ô^qTUiOTH
*.quj'\H'\ ïiM.ju.dw'Y A.Tei fiiOiV.^ïTOOTq eneT-xos £ii OTeipmm eà.q'xooy ^îTooTcy
noTenicTo^H uj^ nAt^K^pioc xnis. a^e^tt^cioc n^p^ienicKonoc. \ts,w eTe\1 epe
necitH'Y 2_n P^kotc ^q**.k^£ nujtoue g**, nhooy w&i d^na. neTpcomoc &.irco
ne<x^q mtecnH-y ctcoot^ epoq THpo-y eïcgHHTe nToouj ne nivi eTpeJW>k gu

TC£IH a*nKdw£ THpq KôvTôv. Siecqjd^H TÊIIO^ à.U^'y Q£€ eTCTHOTTeUJ M\ix CTpeq-

ûjcone ïiHTi\ neitoT ïtqjmooue xiaao)tïi £n TeiiTOiV.H xincsoeic. iv7roir<joty& -^.e n^q
£i oircon eTpsiuie se juumcev nuoTTe efioX jliu neiveiuiT «Tiicoomi jui A^jvy hc\
£i*WôwK îsrs-oi iiTOK on ne ht\ neneicoT Tissai ctootk equiutKOTK. ^qoTyooujft •i.e
n&y "se aaioK pco a». nTuiuj otco equjume eTp^k^ n\cwu\ egpaa itee iiotoh iuul
Tenoy 3e nettTis.T- (-crh-) «ïoTV.nq epoi uo^o ncon CTpeqKCT lïeTKxJrir^çh
eoTe xin-xoeic ne ^ujpciHcïoc. HToq -^e neqgiu.ooc e^paa neqpiAAe *2te ht&-
&omjl is.n ne nejgoofi. ^qoTcoujfî -xe nôvq na'i ^nx neTpoomoc -2te miok aai neTTiouj2
âJijutoK enei£0o& oir^e pcouie ne es.'X.Aa.. nnovTe ne julh neneiuiT. dvTio jumucis.

clercs furent persuadés sur tout éloge qu'avait dit apa Antoine sur les frères
de la communauté; et ensuite il se leva, il pria avec eux, ils le quittèrent et
allèrent vers leur barque en paix, il avait envoyé par leur entremise une lettre
au bienheureux apa Athanase, l'archevêque. Et comme les frères étaient encore
à Rakoté, apa Pétronios devint malade à Peboou, et il dit à tous les frères ras-
semblés près de lui : « Voici que l'ordre a été (donné) afin que j'aille dans la
voie de la terre entière, selon les Écritures; maintenant donc voyez qui vous
désirez afin qu'il soit votre père, qu'il vous conduise dans le commandement
du Seigneur '. » Ils lui répondirent à la fois en pleurant : « Après Dieu excepté
et notre père, nous ne connaissons personne que toi, et c'est toi à qui notre père
nous a donnés à l'heure où il allait mourir. » Il leur répondit : « Moi aussi,
l'ordre est venu4 que je laisse mon corps à la manière de chacun; maintenant
donc celui qui m'a été révélé souventes fois pour édifier vos âmes dans la crainte
du Seigneur, c'est Horsiîsi. » Mais celui-ci était assis et pleurait, disant :
« Cette chose n'est point de ma capacité. » Apa Pétronios lui répondit : « Ce
n'est pas moi qui te désigne pour cette œuvre, ce n'est pas un homme; mais
c'est Dieu, ainsi que notre père. » Et après quelque temps, il ouvrit sa bouche,

t. lisez : cti. — 2. Lisez : j>n ne errcouj. — 3- Mot à mot : Qu'il vous paisse, ou qu'il vous soigne
comme une nourrice. — 4. Mot à mot : L'ordre a cessé étant, c'est-à-dire : est déjà venu.
loading ...