Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 576
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0104
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
5/6

E. AMÉLINEAU

noTto i\»<y £i ncyxoi nepe aoi^ oeo^topoc OTOTq eg^p^i gn TnoXic jun necon
cha-y is.toj îtTepeqei efeoÀ nqge epocy eTfpiJue ne-x^q n^'y ■se ^gpcoTn eTcrn-
piA*e junocy- «Too-y ^.e nex^'y nô>.q *se enpuue on itTAtitTefemn nT^ct^gon
•îte is.T'xooc *2te a>.qjuTon jujuoq n&i iKïiis. neTpiomoc ne^is.'Y ose ^qK^eicT^.

na.na>. gcopcmcioc tiujnecHT eneqjua^. evqpuue gioooq on n&\ a.na. e^o-xtopoc cxju
nctoR efsoTV. ttN- (-co-) m* neTpumioc junncjs. otroti ne«x^q nnecnH'y *2te

AAnpTpenpiâJtc co itecnH-y èv?V.?V.^ ju^pnxooc nroq noTiouj junxoeic ju^peq-
ujcone. eiyxe *v nxoeic qi nTOOTn noireiioT nd^d^oc eqc^nuj ïineuv^t^H à.AAd».
eic gHHTe on TeqjunTig^n gmq eTn^tucoc p no.ee7re nngice junenenoT jum
neqpjueiooire ^qTOTrnoc nis.n on nneenoT iwvndk.TOC etfëMX&otJL gju nenti\ eT-
ot*l\& nts.\ nxAJte ne npcojue nicp^H?V.iTHc exe jujuh npoq ïioHTq n^jue ne
ihc h\th «nTôv nnoTTe T^ôvq n-^i^To^oc 1 jliuicotchc nis.\ gtotoq on neqoi ne
efioTVgJU nujouiT n^Tii^Toc *>.-yco on2 *xe ujom.t ncsevq neTjuoouje kô^Vioc ncx^q
on nepe noir^ noirav *2£i n^q junT^eio js.TV.TVi*. eireine ju.ju.oq e&oAgiTJu nnoTTe

s'assirent, ils pleurèrent. Mais à l'heure où l'on apporta la nouvelle dans leur
barque, apa Théodore était parti dans la ville avec deux autres frères, et
quand il fut revenu, qu'il les trouva pleurant, il leur dit : « Pourquoi pleurez-
vous aujourd'hui? » Pour eux, ils lui dirent : « Nous pleurons de nouveau
le malheur qui est tombé sur nous3, car on a dit que notre père Pétronios était
mort. » Et ils dirent : « Il a placé en son lieu apa Horsiîsi de Schénésît. » Apa
Théodore pleura aussi sur la mort4 d'apa Pétronios, et, après un peu de
temps, il dit aux frères : « Ne pleurons pas, ô frères, mais disons plutôt :
Que la volonté de Dieu soit faite. Si le Seigneur nous a enlevé un bon père
qui nourrissait nos âmes, voici que sa grande miséricorde 5 s'est souvenue des
souffrances de notre père et de ses larmes, il nous a suscité un autre père puis-
sant, ayant pouvoir dans l'Esprit-Saint, c'est l'homme vraiment Israélite,
où il n'y a point de ruse, c'est vraiment Jésus, fils de Navé, que Dieu a donné
comme successeur à Moïse, celui-là était aussi des trois puissants, et encore,
a-t-il dit, des trois qui marchent bien. Il a dit encore : Chacun prend pour lui
l'honneur, mais il a été amené de par Dieu6; et encore : Elle a été transportée,

i. Lisez : -ikia^o^cioc. — 2. Le manuscrit contient une autre fois on pointillé, ce qui veut dire que
le mot est efface. — 3. Mot à mot : La pauvreté qui nous a pris. — 4. Mot à mot : Sur la sortie. —
5. Mot à mot : Sa miséricorde nombreuse. — 6. Le texte doit avoir omis quelques mots en cet endroit,
car il y a là trois citations qui ne proviennent pas des mêmes livres de l'Écriture, et rien ne l'annonce.
loading ...