Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 578
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
578

E. AMÉLINEAU

ULIlTAld,.! ttOTTC s€ en^H^Uà. THTTH j^H €T€TMO HOpt|)&.UOC ^•HH'y Ott UJdwpUiTn.

Teno-y 3"e uecnH'Y ctotô^& A*.npTpenA*.o?rTe epoq se guipcmcioc ^"Wa. mcpa.H-
\ithc ctc neTit^-Y ennoTTe ne gn nÊt^X ctoji gOTii juin neTgi &o\. mtooth <?e
necnH-y îitcth gen ju.ô,r^ptoc se a». nnoTTf ep thttïi m*.nujA noTeioiT eqarju-
<3"ojul <^*x nensiiv juinnoTTe. uj7Vh\ are eojp^i ensoeic nitOTTe jumeneicoT nd^oijm
seK*x eqeT^spe thvtk gn Teq- (-cos-) eïpHnH avio vitctii grnoT^cce n^q
KOTfoeiuj nuu. n^e ïm€Toira>.*>iï THpo-Y aaïi neTg^p^to'Y ottsaï. jumnccoc on evqc-
itoTenïCTo"\H ujà. nujoeis xine^çc &.-&&.n&.cioc n^p^iemcKonoc eq-

npoTpene x*ju.oq egOTn enecnH*y eTpeqc"\cco'\o'Y gooioq on on nequj&se neu--
«ÇpocTnH e&oAse à. ncTreiuiT ju.tok uunoq Vyco on netrrxqK^^ïCT^ u.juioq
jutnnccoq e^n^ neTpamioc neqst») c^p aaaaoc nTeso^e se k^i t^p nirp ^çpeià. is.n
ncg^i uj^poK eT&e necnH^ eTg^oTHK nujHpe ju.n&.o_(OAJ. iiTKOsnwit!\ eTOTT^ôvfc
efeoAse à. nnoTTe ^ jultoïi jutneTeicoT a*h nenT^qToujq on jutmcioq e^qujoncy
ego-yn eneqxi.^ nujcone ct^a eooy mwii se ^.nfîOùK gn o-ynoty nxin^g eTÈHHTO'y
se ecHd.scooope efcoTV. nnecon n&i TKOinjà.1 h nToq îitc necnH'y eTOT*^£i ujcone

piété : Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai de nouveau vers vous.
Maintenant donc, ô frères saints, ne l'appelez plus Horsiîsi, mais l'Israélite,
c'est-à-dire : celui qui voit Dieu des yeux intérieurs et des yeux extérieurs.
Vous donc, frères, vous êtes bienheureux, car Dieu vous a faits dignes d'Un
père puissant dans l'Esprit de Dieu. Priez donc le Seigneur Dieu de notre père
Pakhôme, afin qu'il vous affermisse dans sa paix et que vous lui soyez soumis
en tout temps, à la manière de tous les saints et de ceux qui sont sous eux.
Portez-vous bien. » Ensuite aussi, il écrivit une lettre au héros du Christ, apa
Athanase, l'archevêque, l'exhortant à l'égard des frères, afin qu'il les consolât
aussi de nouveau dans ses paroles de joie, parce que leur père était mort et
aussi celui qu'on avait établi après lui, apa Pétronios; il s'exprimait ainsi :
« Certes tu n'as pas besoin que je t'écrive au sujet des frères qui sont près de
toi, les enfants de Pakhôme de la sainte communauté, car Dieu a donné repos
à leur père et à celui qu'il avait établi après lui, les ayant reçus à lui dans ses
habitations glorieuses; mais nous, nous avons eu2 une grande douleur à leur
sujet, de peur que la communauté ne se dispersât une autre fois, ou même que
les frères saints ne fussent privés de père'; mais par l'élévation de tes mains

i. Lisez : TKomwruô.. — 2. Mot à mot : Nous sommes entrés dans une grande douleur. — 3. Mot à
mot : Ne fussent dans une situation d'orphelins.
loading ...