Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 579
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0107
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

579

£ïi oTJuiïiTopçÇôvUOc *\omou ojtjul nqi egp^s unens'is eTOTA^fi ôvIT€ï 1 jum^Te
ngioft cock ôvUccotaa oit se à. niUL^K^pioc neTpumioc neTAtmtcà. nu\Ki>-

pioc «neTOT^fe iKTits. n^gcojut se ^qn^oicTis. urcot^ eneqxià. se \n*> oiop-
cihcîoc a.tol> TtmjcTCTe se qita>.ujcùne îiotuos" itpeqp ovoem (-coe-) gu tkoj-
îiuini^ ^ttco «Te g^g si co"\c\ gi Tdvspo gi koot giTui noTcoit npooq julh nuj^se
nTe^^pJC eTCpe nsoeic ïid.Koo jjtAJtoq egp^i escoq. n^i <?e aaiTtoT uoht escoq
CTperiuioTTe epoq se ïcp^HÀïTHc. Titnis.pd>.Kiv\ei 3"e Teito-y rtTeKutnT^p^sepevc
CTpeKcTVcA îteTgdwgTHK tit1^ OTpoT tt^y egOTït epoq mtw upscok ou e£>o\
KTeTr^peiô^ THpc gît gu>£» mix h^ujXhX esocm noToem ïta/rseïtà. tithch hhoh-
pon ntgoTTttjoY HîieTOTôwô>.£i otts^i. aoie*. ^eoscopoc se aah e^nx ^r^^ioc ajlïi
ttRecstH-Y eTïtju.iLiav'Y RTepe TemcTO*\H n^nà. ^UTconjoc &u>r uj^poo-y ep^KOTe
eqcg^vi eqco'XcX juixioo-y evtrpxuje Cim^Te ngoiro se on se ^qcg^ï ujjv n^p^ie-
nicKonoc neitoT rtrictic ctêhhtoy eqcmigïCTô». jujuLocy eTOOTq se nujHpe
Ai.nicpôwH?VjTHc eTpeqnpoce^e epoo-y gn g€r HOf? iULneTU^rotfo'y ^too nes*^
ïtdwii^ ^eosoopoc nffi ïiecnH-y se &.ror geu ju^r^psoc ô>ror se ^np ne.mtujas.

saintes2, avant que la chose ne tardât, nous avons appris que le bienheureux
apa Pétronios, celui qui avait succédé au bienheureux saint apa Pakhôme, a
placé un autre (frère) à sa place, à savoir apa Horsiîsi, et nous croyons qu'il
sera un grand luminaire dans la communauté, qu'un grand nombre recevront
consolation, ou affermissement, ou édification lorsqu'il ouvrira la bouche 5 et
(parlera) la parole de grâce que le Seigneur placera sur elle. Celui-là, certes,
nous avons eu confiance de l'appeler l'Israélite. Nous exhortons donc ton archi-
prètrise à consoler ceux qui sont près de toi, à leur donner joie envers lui et à
accomplir tout leur besoin en toute chose, à prier sur nous, ô lumière qui ne
s'éteint point, source spirituelle, gloire des saints! Porte-toi bien. » Mais apa
Théodore, apa Zachée, avec les frères qui étaient avec eux, lorsque leur arriva
à Alexandrie la lettre d'apa Antoine, leur écrivant, les consolant, ils se réjoui-
rent grandement surtout de ce qu'il avait écrit à leur sujet à l'archevêque, le
père de la foi, les lui confiant, eux, les fils de l'Israélite, pour leur faire donner
de grands biens. Et les frères dirent à apa Théodore : « Nous, nous sommes des
bienheureux; nous avons été dignes que ces grands luminaires eussent pitié

i. Lisez : en. — 2. C'est-à-dire : A cause de tes prières. — 3. Mot à mot : Par l'ouvrir de sa bouche
et la parole, etc.

7?
loading ...