Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 583
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0111
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

583

neïgiois îrrevujH aah neg^ocY"- ^ttco cti eqjmoK£ h^ht ^tco eq*\-ynei eT&e neigooft
^qei €£ht n<31 ^nà. JLt,^KA.pioc nen«707rx*.enoc JULnçnioTJUt ^e eqn^fyjut nujme
st^n». gtopcntooc ^q^ neqoiroj epoq n&i is.n& ^eo^copoc ^quj^'sc iujuu.&.q nc\
ovc^ ^qT^TO epoq n£co& nui*, eq-xui uiutoc -2te ^-otiouj eTpeK^ïTi ' u^n^ gtop-

CiHCiOC ïiqTîtïtOOTT njULJLA^K CpHC IlT^p gCïl KOTI il^OOY g_*>.gTHK TiC €IC£HHTe

Kn^Y egcoû niAi ct^aa neumis. eTOTrô^&. dota. aa^n^pioc 'i.e ^qcuiTJt*. nccoq
k^tôv ee eïfT*kq,xooc n^q ô/tcjo a^q^ neqoTOi enenenoT gtopcmcioc ^q^iTei
juuutoq eq-xoo xxaxoc ^e ^-otijouj eTpeuTiinoo-Y eco^copoc epHc hjuuul&i uj^ïith-
t^ju.ï€ neuROTi noew -xe qcooTn îiTjumTXiuipe k^*\coc ^ttoo -xen^c on epe otr-
co'X.c'X ujuone «necïiH'y e&oAç^iTOOTq. ô,to) nTepeqeijme ose noircouj n^n&. oeo-
■*.u>poc ne ^qTnnooTrq njuuu.^q. js.to) ctci 2 evgi msoi ejum^TOTnioc} eee- (-en-)
neeTe ^q-^ neqoiroi epoq ns'i ottcoh n^i eneqcooim xtxioq ^eH umegocy
eTxtxix'Y ^VXà. eqjuee-ye -se enT^qei ecjoim enecnHy n&ppe eqcooim nTutn-
t0.ju.pe ô/too ne-xjvq na>.q *2se eoiOVHp npojutne iit^réi enecnH'y. ^.qoirioiuft
n^q n&i aoiA. oeo^iopoc -se ^ip ottroti noiroeittj. ^ttoj ne-x^q n^q ^e ene

à pleurer au Seigneur à cause de cette chose la nuit et le jour. Et comme il
était dolent et avait du chagrin à ce sujet, apa Macaire, l'hégoumène de Peh-
noum vint au nord pour visiter apa Horsiîsi; apa Théodore alla le trouver,
il lui parla à l'écart, il lui fit connaître toute chose, disant : « Je désire que tu
demandes à apa Horsiîsi qu'il m'envoie avec toi au Midi, afin que je passe
quelques jours près de toi, car voici que tu vois toute chose qui existe en ce
lieu saint. » Apa Macaire l'écouta comme il le lui avait dit3, il alla trouver notre
père Horsiîsi, il lurfit la demande, disant : « Je désire que tu envoies Théodore
avec moi vers le Midi, jusqu'à ce que nous fabriquions notre petit pain, car il
sait la boulangerie bellement, et aussi afin que les frères reçoivent de lui une
consolation. » Et quand il sut que c'était le désir d'apa Théodore, il l'envoya
avec lui. Et comme ils étaient encore dans la barque, avant d'arriver au cou-
vent, un frère qui ne le connaissait pas avant ce jour, s'approcha de lui et,
pensant que c'était un nouveau venu vers les frères qui connaissait la boulan-
gerie, il lui dit : « Combien y a-t-il d'années que tu es venu chez les frères? »
Apa Théodore lui répondit : « Je n'ai fait qu'un peu de temps. » Et il lui dit :

1. Lisez : eTpeKivrrei. —
celui-ci lui avait dit.

2. Lisez : eTl. — 3. C'est-à-dire : Apa Macaire écouta Théodore et fît ce que
loading ...