Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 587
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0115
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

587

nTeq^tÇopiuLH. ^cujume «^.e uoTg^ooy equimt efcoX Tee*\iv^ric dwq^gep^Tq
cquj'\h<V. npovge ^qToofig un- (-^c-) uottc gn oeii conc eii^ujooo'Y eTpeq-
TOTrnei^Tq efioX eeH eTpeq^d,c jumncoc «qiuione £it otho? KHm^imoc
ïi^gjp.1*. n«2toeic eT&e neiguifi. ô^ttco unmcioc ^q^coujT gu oTgoptOA*.^ 1 ^qu^y
e&\o& crtôv'y a*.neqA*.To efsc^V epe noTJs. ngHToy o u^c eq^ocwVe nucoira».
•xe ne o-y&ppe ne eqTHR k^"\ojc. ^q^ioujT -^.e on g** ngopouiis.2 ô.qux'Y
e^poiAxe 3 eajose neueiooT n^ocoaio ne ^tco ô^qujà.'xe UA*a«.^q gn otootc
eq-xo) juljuloc se jutnpp goTe giopcmce aaouo» jut^pe n<5'?Vo'\ n^c toh 4
ju.iu.oq eosAA nfsppe (\toi RitiveuTon. îiTeTnoy à. njueeTe qio'ye eosu neq-
o^ht eosu t€kct^cïc <2se HToq ne ne<?\o7V u^c ^vco nfippe ne oecvxcopoc.
g^TOOTe -^e UTepequjume ^qTpeTcoooirg^ eg^OTii uii^p^ç^ïoc THpoy eTgu ec-
neeTe ujôvTîi a^nis. oeo^topoc juuu^Te e^qeipe noTraos' ucTiige^piou ^tco necx&q
n^'y ■se eic gHHTe à.TeTim*>.y engïce julu neujTopTp UT^Td^q uecnH'y

n*wTô.RTcoc5 goocTe ncecxoooope eftoA AJinccooTg egOTii ht^ nuoTTe.......

(sic exit).

nauté à son occasion. Mais il arriva un jour, comme il était constant (à
penser) à la tribulation, qu'il se tint debout pour prier au soir : il pria
Dieu dans des prières nombreuses de lui envoyer une révélation avant que
cela n'eût lieu6, de peur qu'il ne fût dans un grand danger près du Sei-
gneur à ce sujet. Et ensuite, il regarda dans une vision, il vit deux lits en
sa présence, l'un était vieux et vermoulu, l'autre était neuf et solide belle-
ment; il regarda encore dans la vision, il vit un homme, comme si c'eût
été notre père Pakhôme ; il lui parla d'une manière terrible, lui disant :
« Ne crains pas, Horsiîsi : seulement que le vieux lit se repose sur le nou-
veau et tu seras en repos. » Sur l'heure, la pensée lui sauta au cœur au
sujet de l'extase que c'était lui qui était le vieux lit, et que le jeune était
Théodore. Mais quand le matin fut (venu), il réunit tous les anciens qui
étaient dans le couvent, à l'exception de Théodore seulement, il (en) fit une
grande assemblée et il leur dit : « Voici que vous avez vu la souffrance et
le trouble qu'ont faits les frères irréguliers, de sorte qu'ils ont dispersé la
communauté que Dieu a.....» (sic exit).

1. Lisez : ovgop«..u.e.. — 2. Lisez : ngop^Ai^. — 3. Lisez : eoTpwjme. —- 4. Lisez : aatok. —
ç. Lisez : it^t^ktoc. — 6. Mot à mot : Avant qu'il ne la fît, cette dispersion.

74
loading ...