Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 591
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔ.ME ET DE THÉODORE

59'

e&oAgn HJUtg^es.'y ^qcouj e£io<V -se co &.io_ioig juui ^opcmcjoc 1 cjc ovjuLHHuje
ttgoo-y emHT «noTfe ^tco eic otc&ot eTc?rxi^ne2 hm -2se jutnpTpe ^opcmcioc 3

NTl^tlTà. epOK tiqjU.OTTOTfT AAJULOK d/TOO eiCgHHTC JUK^ KHUIC MCCOI ^l€ï eiïeiJLlà.

eic sieKig'\h\ ^irxepo «otroj^t ena>.(c)cojuus. es.ïei efiolS. £ît oTrujTopTp £jut iiji*.-
^js.'Y' ^Tio «TCTTHcy & rr2^ïju.0tti0ït p*^T npcojLie e'xjut nKd>.£. imeTOTô^fl -2k.e
A*.neqKôv TOOTq eÊo\ eqToof»£ ju.imoTTTe eTfiHHTq ^ttco ^qctÇp^çM^e juuutoq
enp^n xineicoT juin nujHpe jum nenn\ eTOTd^fi j^ttco nepe n-à^ijutomon iih^
cfioAu^HTq eqooiy eko\ eqosto juulioc ose ^-HH-y e&oA ugHTq jurtei- (-poH-) pu>jute
■se iiT^arojut ô.u Te ea^ep^T eT&e iikio^t ctii^htr ^-copK epoK xAneUTô.TCT^-y-
po-y 4 xiJLioq eTjuiTpeKfi^c^Hi^e utjutoj ^We*. ot€^cxo^ïie ne>a t^£su)k eTnepcjc.
kôji -^.e eqotco MXÂXOoy is.qei e&o<V gw oTAitiTS'toÊ ô^q^ïi^^oopei iie^q &.qo"y2«a
no"! np(ouie tram tcthoy eTjuuuteoY è^qei e^eneeTe jum nneTo-y^^Ê ô^rus. £op-
cïhcioc'. d^cujoone \e eqgn tcujîih julïtotootc iioTgoo*Y equ-crriyT julju.oc ^ccj
n&\ OTrc^iJue ^cmnocY nis.q egjsim o^itjli neccoïi ecsco juijuioc -se ^■n^peoi^Tv.ei
juuutoR eTpeuei g^TJi*. nô.p^con nccnctonq ^pH*y qttô».K^ n*>ujHpe ciidw-y n*«.ï
e&oA enei6 ^qqiTcy eT&e uje n^oAoROTTmoc mis. ncreiioT (szc .

homme vint des tombeaux, il s'écria : « O violence! Je suis en danger avec
Horsiîsi; voici une foule de jours que je fuis au loin et voici un mois qu'on me
dit : Ne laisse pas Horsiîsi t'aborder de peur qu'il ne te tue, et voici que j'ai
laissé l'Egypte, je suis venu en ce lieu, voici que tes prières ont allumé un feu
dans mon corps, je suis sorti du tombeau dans le trouble. » Et sur l'heure, le
démon prosterna l'homme sur terre; mais le saint ne cessa de prier Dieu à son
sujet et il le signa au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit; et le démon
sortit de lui en criant et en disant : « Je sors de cet homme, car je n'ai pas
pouvoir de rester à cause du feu qui est en toi; je t'adjure par celui qu'on a
crucifié de ne pas me tourmenter, mais commande-moi d'aller en Perse. »
En disant ces (paroles), il sortit avec faiblesse, il se retira : l'homme fut sauvé
depuis cette heure-là, il vint au couvent avec le saint apa Horsiîsi. Mais il arriva
que, se trouvant un jour dans le jardin potager, l'examinant, une femme vint,
elle envoya vers lui, par l'entremise de son frère, disant : « Je te supplie d'aller
près du magistrat afin que tu le pries : peut-être me laissera-t-il aller mes
deux enfants, car il les a pris pour cent pièces d'or que leur père (sic exit).

i. Lisez : gcopcmcjoc. — 2. Lisez : ô.TCHJU.*.iite. — 3. Lisez : gtopciKcioc. — 4. Ce mot est écrit
«.TS-cfjgOY. — 5- Lisez : gtopcmcioc. — 6. Il faut lire sans doute : ener^H.
loading ...