Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 592
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0120
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E. AMÉLINEAU

XXII

(-tôv-) o-yp^uje nemeT -^.e oh aartc irxoeïc th^ [sic) nc^HTq oir^e iioht
eqo h^ht îtpjmAAôvO ejuuiTq Aô^y axMA&y k^tjs. e^e ctchs oîe otth tteTcipe
uixiocy iipiu.ju.^o eutviTô^'y Aô^ôv'Y ottïi weT-eMiio nxAxooy ocoioq eirgn oTitcx?
jlijliu iptiAicXO npoojme ç^p n^xie eTiute juLir-xoeic o ai. neq^HT THpq xieqp^uje
grc "X^^'y eiiuiHTei1 emt^*y eTqttivxuiK efioA îioTeitTO<V.H utc nttoTTe h «Toq
itqn^'y eneTg^ïTOTcou} eqnpoKonTe g**, imojuoc k^t*. &e ctcho^ "xe puj^n otc-
âjte\oc -xi cooy uj^pe juuLt.e?V.oc THpcy p^uje ujutiLi^q ô^irco jmepe *\Tirei2 &*x-
&oslx end.! KTejuime euuiHTei3 iiTe neqgHT &n \pme epoq ose ^qdwju.e'Xei g^ix
imovTe h UToq nquè^ e0"5^ eqjnoouje gn otaautk^t^cÇpohhthc îi^e ctcho^
•se nijut ne eujdkqcKdkn,i.^'\i^e ^ttco ^ïiok euieï'xepo iitor *^e o^cocok to npcouie

eTruj&.UTOujK eT^eneeTe4 k^k ecgn oT^ot? n^oa^'s axh KAjmiyà. ii'^.i&.Kpmc
uuliok evn îicxooc Qjp^i îio^htr -xe ^ujn q_julot îitootk n^-xoeic -xe evige cjjus.

XXII

.....joie; mais cet autre, l'esprit du Seigneur5 n'est point en lui, ni l'humi-
lité, mais il est d'un cœur riche, sans rien avoir, ainsi qu'il est écrit : Il y en a
qui se font riches sans rien avoir ; il y en a qui se font humbles, quoiqu'ils soient
dans une grande richesse. Car l'homme vrai qui aime le Seigneur de tout son
cœur ne se réjouit de rien, sinon à l'heure où il aura accompli un comman-
dement de Dieu, ou encore lorsqu'il voit son prochain progresser dans la loi,
ainsi qu'il est écrit : Si un membre prend gloire, tous les membres se réjouis-
sent avec lui, — et le chagrin n'a aucun pouvoir sur un homme de cette sorte,
sinon lorsque son cœur l'accuse d'être négligent envers Dieu, ou lorsqu'il voit
quelqu'un marchant dans une contemption, ainsi qu'il est écrit : Qui est scan-
dalisé sans que je brûle aussi? Pour toi aussi, ô homme apotactique, qui n'as
aucun désir que la volonté du Seigneur seulement, est-ce que, si l'on t'assigne
un couvent, quand même il est dans une grande détresse6, est-ce que tu n'es
pas digne7 de te discerner de manière à dire en ton cœur : Je te rends grâces, mon

i. Lisez : eijmHTi. —■ 2. Lisez : Atiik. — 3. Lisez : eiitHTi. — 4. Lisez : eoTgeneeTe. — 5. Cette tra-
duction est purement conjecturale et repose sur la correction : Aiivre nui xinosoeic ngHTq. — 6. Mot à
mot : Dans une grande étroitesse, ou un grand dénuement. — 7. C'est-à-dire : Ne peux-tu pas.
loading ...