Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 593
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0121
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

593

AXAx&Te eTp^ncopuj linges egjp2vi epon h RToq (_T&-) ruratooc ^e eT&e o*y
n^n^ujume e>at gn cryujn gutoT xxn otrp^uje 'se es.i-2£COK efio?V. noTrenTo'XH gui
nTp^ujoone gn OTgvnoT^ph h r^r ^ neimpa^e 1 novxe egomi enengHT hot-
AvnH ecujoireiT ^pi nxieeire junjm^Kevpioc r^itoi OTppo ne -se ^qujione
eqosHR e&o*\ g^n T.o.RT&noTA.RTiRoc uneTM7Pe\ïou g;s. eH nTenj-^Hx».!^ juinen-
ccoTHp kô^i ç^p itTepeqcooTA* eTÊe nToopn nneqgTn^p^onTà. THpcY **n nuio-y
nnequjHpe stxn nequjeepe ».T(o omuioncm ■se jmnq^Mie n^i d^Tv.is. nKeujoo^n
tieTVôv^icTOïi eTujoon n^q ctc neqgoiTe ne jum nq(o nTeq^ne ^q^noT^cce
axaxoo'Y 2_n 0"5"p^uje eqcju.o'Y emsoeic n^j eTujoon n&.q nge"\mc e^qn^gTq
e-xju. neqgo dwqoTUiiyT eqosco jjlsuloc -se etiTd«.ïei e&o"\gR gHTc nT^xt.j^'y cirh
KôwgH/Y em;s. Suùr on €irh RivgH'Y naoesc ne nT^qT^^y msoeic ne nT^qqiTCY
née eTp &.nevq xin-xoesc TnTôxujione2 epe npôwn Aurxoeïc ujoone eqcAi^jutô^T.
née cis.p enepe n-^iR^ioc o a.n n&noT^RTjRoc AAJUHne (-tc1-) gju. nTcouj uineq-
gHT neqn&'Ximei ne nqp nofie en^oeic gju nTcopn nneqgirn^p^onTev nèvuj ^.e
nge enn^eume enjvi eumHTei ' nigôk'2£e enTAwqoiooq e-ymp^e4 iULAioq ^i(Te)is eq-

Seigneur, car j'ai trouvé seulement le lieu pour étendre mes mains vers toi?
ou de sorte que tu dises : Pourquoi ne serais-je pas dans une action de grâces
ou un remerciement, car j'ai accompli un commandement, en faisant que je
sois dans une soumission? ou, quand même le tentateur a lancé dans ton
cœur un chagrin de vanité, fais souvenir du bienheureux Job, car quoiqu'il
fût roi, il fut parfait dans le renoncement de l'Evangile avant la venue de
notre Sauveur; en effet, lorsqu'il apprit le vol de toutes ses richesses, la mort
de ses fils et de ses filles, non seulement il ne perdit pas courage en cela, mais
encore le minime reste de ce qui lui appartenait, c'est-à-dire ses vêtements
et les cheveux de sa tête, il les rejeta avec joie, bénissant le Seigneur qui était
son espérance; s'étant prosterné sur son visage, il l'adora, disant : Je suis sorti
nu du ventre de ma mère, je m'en irai aussi nu : c'est le Seigneur qui me les
avait donnés, c'est le Seigneur qui me les a ôtés ; comme il a plu au Seigneur,
il est arrivé : que le nom du Seigneur soit béni. Car si le juste n'eût pas été
apotactique chaque jour dans le désir de son cœur, il eût pleuré, il eût péché
contre le Seigneur lors du vol de ses richesses. Mais comment saurons-nous
cela, sinon par la parole qu'il a dite lorsqu'on l'éprouvait, étant encore sous

1. Lisez : neTneip*.^e. — 2. Lisez : tc irrô.cujcone. — 3. Lisez : eiAiHTi. — 4. Lisez : eimejp*^e. —
5. Lisez : en.
loading ...