Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 594
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
594

E. AMÉLINEAU

ujoon gn TenXHCH eqT^jmo noTon mut se eT&e gen no&e &n e^qè^'Y **n T^no-
ïtTeqAAïiTpjuiiui^o enT^(q)ujen neigice eT&e otsokiaah e^cei esioq

giTUL nsoeic née eTqsco uiioc se eujse gTHi econe Avne h eujoone ô^ieir-

tÇp^ne ïtTepe ot«o* uuuttTpjutuiôvO ujojne eqoTcouj se on eTpe neTmcTeTe
ensoeic esue se ta*ïitp*aaa.ôvO ïm€TO"5"ô^& ecujoon n;vy ^n eT&e OTJurron me
Tc^pT. OTeTçÇpocTîiH eT&e ^à>iTIÔ>. JULAld^Te eTpetrc^nnj tm^HRe XJLW

neTuj^^T noe noTeniTponoc eôvTTK^ejcTes. juuLioq gnrn OT^p^oon esn TeqoTciô.
e^* gpe HneqgAAgdk'\ kôwTô.. Trtà.p^&o'A.h utneT^ctcTe?V.ioH dvqujô>.se t^p nTesge n&i
nsm^ïoc eqstx) juulioc se neso n&;v\ nn&A'A.e noirepHTe im3rô,*\e ô^«ok eneio
nestoT nn^co^ aik neTju.nnccûO'Y THpoy g^nAcoc nc*>. neTepH'y. ^ n^nocTo"«Voc
se on Teuton eTJumT- (-ts-) aotoT^KTJKOc juinnouioeeTHc ulcotchc g a*. nTpeq-
TAtoTtouj eTpeTiAOTTe epoq se nujHpe nTujeepe juqj^p^co ees.qcooTn n^q ngoiro
eiyn gice un nTv^oc AinnoTTe egoTe si nT^no*\is.Tcic junnofie npoc oiroeiuj.
THcooTfn se on se oirpjuuui^o ne nnôvTpi^p^çHc ôv&p^g^a*. ou nnoTÊ uin
ngevT un ngxf.g^?V. eTna.ujuio'Y eie €T&e oy ju.no'yTdJu.on eT&e Juum.nTn^ THpo'y
enT^q*>e^Y nngHne eumHTei1 sen^c eqescon e&oTV. n^i nuj^se jumaarocToXoc

le coup, enseignant à chacun que ce n'était pas à cause des péchés qu'il avait
commis ou à cause de la jouissance de sa richesse qu'il endurait ces souf-
frances, mais à cause d'une épreuve qui était venue sur lui de la part du Sei-
gneur, ainsi qu'il dit : Si j'ai appliqué mon cœur à une pierre précieuse ou
si je me suis réjoui lorsque j'avais une grande richesse, — voulant que ceux qui
croient au Seigneur sachent que la richesse des saints n'est pas à eux pour un
repos charnel et une joie, mais seulement pour cette cause, afin qu'ils nourris-
sent les pauvres et les besoigneux, comme un intendant qui a été placé par un
magistrat sur son bien afin de nourrir les serviteurs, selon la parabole de
l'Evangile, car le juste a ainsi parlé, disant : J'étais œil pour les aveugles, pied
pour les boiteux; moi, j'étais père pour les infirmes, — et tout ce qui suit en
un mot, les uns après les autres2? Mais l'apôtre nous a aussi informés du
renoncement du législateur Moïse, lorsqu'il ne voulut pas qu'on le nommât
le fils de la fille de Pharaon, ayant choisi de préférence de souffrir avec le
peuple de Dieu, plutôt que la jouissance du péché pour un temps. Nous savons
aussi que c'était un riche, le patriarche Abraham, en or, en argent, en esclaves
nombreux; eh bien! pourquoi ne nous a-t-on pas appris toutes les aumônes

i. Lisez : eiAiHTi. — 2. Je considère ces derniers mots comme l'explication de ces autres : tout ce qui suit
loading ...