Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 595
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0123
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

595

se a*ju.e<Yoc eTïteccocy hta^u ep ^pe\^ ii^-jlah1 k^ï c^p ou nTpeTcgiM
ctêhhtoy se j<Tp aai&q Ju.nsoesc ngooiu OTOlto efioX se ocofs um en^noTq

XlïlTU^HT hiaa ^TSOKO"y ef>0*\ on HeTnpd^SC TH^H-y C^p epOO'y HTOO"j*

îieTOT^^fs eTp juurrpe g*, g^g M.oHT(o'y) egen p.i*JLid,o ne ^tco e&o'Xgn

TAlUT^nOT^KTIKOU JU.n€1TgHT ^TgOJU.o'\otieï gît tcttt^npO SC &.KOH geit OHRÏ

atoo aaton gn e&mn née eTepe s^Teis sio asuuoc k^itoi oTppo ne Svîiok
ivnc oTOTgHRe ô^non oveinmi nsoïc ne nxpooTuj. n^Tr*\oc se on Td.ju.on
eT&e AJtn^Tpiôvp^Hc se \T^cn\^e \tw ô*.-ygOA*.o- (-Te-) "Xocei se mioh gn
njAJtJuio ivTco Mton gen put ns'ouVe gis«. nn^g. esc n^i xien ^nTjvAAtoTit epocy
ev'Wà. AAHnoTe oïi nTe gonte ngHTTHTTît si spon £aa nTpeTooiy xtn^pscTon
ncoTVoAAoni xW*. aa^pnsi^npïîte AAAion se equjoon k^tô. ottaa'îrcTHpioH
efio*\se epe co\oaaidîi sî unTTnoc jumenccoTHp eîtT^qei efso?V.gAA neqcnepjut^.
k^tô. c^p% n^i ettTdvqsoo'Y nneqgAAgJViV tioTOlt îuaa k^t&. e^e crqssio aaaaoc
gAA neirxoi^eXion gn OTn^pôvWXH se n^aa^ce aaîi neTcaai^njT ceujd^T ô^ttio
nues, iuaa cfsTOOT ^AAHSTit eTiye"\eeT k^ï t^p n^Aie itToq ne tco^ma. xinnoTTe

qu'il a faites, sinon afin que s'accomplit la parole de l'apôtre, disant : Nos
membres beaux n'ont pas besoin d'honneur ; car, en écrivant à leur sujet qu'ils
ont plu au Seigneur, il est évident que toute œuvre bonne, que toute charité,
ils l'ont accomplie dans leurs œuvres ; car nous avons profit en eux, les saints,
quand on témoigne au sujet d'une foule de pauvres parmi eux que ce sont
des riches et que, par le renoncement de leurs œuvres, ils confessent de leur
bouche, disant : Nous, nous sommes des pauvres, nous sommes des malheu-
reux, comme David a dit, quoiqu'il fût roi : Moi, je suis un pauvre, je suis
un mendiant; le Seigneur est mon souci. Et l'apôtre Paul nous apprend au
sujet des patriarches qu'ils ont salué2 et confessé, disant : Nous sommes des
étrangers et nous sommes des voyageurs sur la terre. Voici que nous vous
avons informés de ces choses; mais de peur que quelques-uns parmi vous ne
prennent scandale en lisant le festin de Salomon, jugeons par nous-mêmes
que c'est un mj^stère, parce que Salomon prenait la figure de notre Sauveur
qui est venu de sa semence selon la chair, celui qui a envoyé ses serviteurs
vers chacun, selon la manière qu'il dit dans l'Evangile en une parabole :
Mes taureaux et mes (oiseaux) engraissés sont tués et tout est préparé, venez

i. Lisez : tiaih. — 2. Je ne sais ce que fait ici ce mot saluer; le mot baiser n'irait pas mieux.

75
loading ...