Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 596
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0124
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
596

E. AMÉLINEAU

k^tjs. ee ctch£ ose is. TcoçÇies. kct othi nôvc ô.crjv'xpo uc^ujq hctt'Woc ^ckcohc
ï\h€cu}u)cot »>cKep^ AtnecHpn cygn^a/y 1 ^ccoêtc HTecTp^ne^^ ^tco *kc2soo'y
ttîiecgjLigô^V eTiooui ïiotom uijul citc ^irô^eoc eiTe nouHpoc. Teno-y <3"e iià.cHH'y
escoHHTe ôaïujà.'xe eT&e TJumTgHKe a*n TuniT^noT^RTmoc nneTOTô.is.Ê Mtou
•2k.e £<jL>ocm AAô.pHJLioouje gAi. neir&ioc ■seRJkC en^ujcone n^-y uujHpe. ôvTtco htc-
peq^se neiuj^'xe THpoy oeo^oopoc ^qTcooTH (-tc-) ^quj'X.HX i^qKô».

n^HcoTJutenoc eÊo*\ cTpeTÊcoK ngeneeTe2 k^t&. ee eUT^qToujO'y aaxaoc nTeir-
woy ^TAiooiye e&cv\giTOOTq gn ottujt £aaot ctt'xcjo jluuloc ii^q ose ujXh\
cxocm neiteïtoT. jvttio ïiTepe d.n&. oecvà.copoc Ks^-y e&o'A. hccJqook ^qTcooim ^q-
fccoK eeeneeTe nujuecHT ^qs'x*. niume xineuenoT ^na>. guipcmcioc ^q^V &o»jl n^q
eq^u» a4.ju.oc -se took iioht aaion u^p xine cn^'Y «miok cypiouie uotiot g h gooft
tuu enjaiovq Kivï c*^p iitor ne htjvRtoujt ô^ttco dation nujHpe "o^p^Ate ïiotcot.
nToq r^e guiioq nenejooT a^na. giopcmcioc equjaai m^y cncq-eMio neujavqccvXcTV.
ne gju neq^jce ngHT nqTjup niueeTe ^e acquis. TeqT^ic ncioq avATV.as. neuja^q-
•sooc gpaa ngHTq ose jLtne neneicoT na^gooAi kkotk enTHpq. a^Tio nTepe a^na».

au festin de noce, car en vérité, c'est lui la Sagesse de Dieu, comme il est écrit :
La Sagesse s'est bâti une maison, elle a établi sept colonnes, elle a immolé ses
victimes, elle a mélangé son vin dans un vase, elle a préparé sa table, elle a
envoyé ses serviteurs pour inviter chacun, soit bon, soit méchant. Maintenant
donc, mes frères, voici que nous avons parlé sur la pauvreté et le renoncement
des saints; mais nous aussi, marchons dans leur vie3, afin que nous soyons
leurs enfants. » Et quand apa Théodore eut dit toutes ces choses, il se leva,
il pria, il laissa les hégoumènes aller dans leur monastère, comme il leur avait
ordonné; aussitôt donc ils marchèrent loin de lui avec action de grâces, lui
disant : « Prie sur nous, notre père. » Et lorsque apa Théodore les eut con-
gédiés afin qu'ils s'en allassent, il se rendit au couvent de Schénésît, il visita
notre père Horsiîsi, il le fortifia, disant : « Aie confiance, car nous deux, nous
ne sommes qu'un seul homme en toute chose bonne, puisque c'est toi qui m'as
donné la place et que nous sommes les enfants d'un seul homme. » Mais lui
aussi, notre père Horsiîsi, quand il voyait son humilité, il était consolé dans
sa douleur de cœur, afin de ne point penser qu'il avait abandonné son rang4;
mais il se disait en lui-même : « Notre père Pakhôme n'est pas mort le moins

r. Lisez : eovgn*l*.'Y'. — 2. Lisez : CTpeiriitoK en^eiieeTe. — 3. C'est-à-dire : Imitons-les, faisons ce
qu'ils ont fait. — 4. Mot à mot : Qu'il avait laissé derrière lui son rang.
loading ...