Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 600
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0128
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
6oo

E. AMÉLINEAU

^qpuute \irto ^q^ocY ncà. nenesuvr oeo^topoc eqconc jmuioq ■sêr^c eqn^ei
nqivn^nT^ epoq AAndwTqu.o'y. îiToq -^e xinqoTooaj efitou eq-xco uinenTjvqxooirq
uj^poq -2te imneoccY eTe oirn &oax eTpe ot&onesès. 1 ujoone nxq a^q^psià. **.nq-
otcouj eujum epoq nT&onaïjv2 iutnnoTTe Tency &e oy Te Te^pei^ eTp^fitoK
uj^poq unnc». Tpe nenn&. «nnoTTe c^oooq efio*\ uLAtoq ^toj on Teqe^ouio-
TV.oc'hcïc eTqna^T^iroc Tenoy ncnô^ ^h*y n^q *ai enTHpq e&oX'xe oy n^pà.
neToeiuj Te. à.V(o nTepe neTtAju^y fioon uj^poq nqosooc nôvq -xe jumqotriouj
eei Tency avqoTroo^ on eTOOTq ecenc necnHy eq-xio ixiaoc •se &u>k iireTnconc
Aixioq nTCTnnTq n^ï ju.n^-ju.o*y. îirooy -^e ôvT&cok uj^poq a^^oo eTconc
xtuioq uj^nTqTOJOTrn nqoTdvQjq nccoo'y ^voo nTepe neTJLiui^'y nevy epoq ncx^q
itnecîiH'y -se ».ïi^^<jopei khtk se ^otoùuj (-tïô.-) cse oTiy^'xe jumenenoT.
nTepoy ôai^^copej «xe ncs^q AineneicoT e^eo^c^poc *2se n^eicoT rw n^ï efio"\
•xe *>ip nofie e&o'A.'xe ximgo.moAopej nTjne Aureojoo'y nT&Knjd^e nxim^i eT&e
n^ovx^i a/Wis. dwiiucone gn ot^pnHcic utnenuiTO e&o?V.. Tency 3"e u> na^xoesc
nenoT conc e^un eTpe otiu t^o^oï eico^HHTe i^p emdJicoK ns'i-x 5 hottc ^-cootsi
c^p ose oim &omjl julaaok e£(x>& îiïjul. dwqoTOiujfi n&.q \\<3\ neneiu>t oeoc^oopoc

mourût; mais lui, il ne voulut pas y aller, disant à celui que le (frère) avait
envoyé vers lui : « Au jour où il était possible de le secourir, il n'a pas voulu
recevoir le secours de Dieu; maintenant donc quel besoin y a-t-il que j'aille
vers lui, après que l'esprit de Dieu s'est écarté de lui? et en outre la confes-
sion qu'il fera maintenant ne lui servira pas du tout, car c'est une (confession
faite) en dehors du temps. » Et quand celui-là alla vers lui pour lui dire :
« Il ne veut pas venir maintenant, » il insista encore à prier les frères, disant :
« Allez, priez-le, amenez-le-moi, avant que je meure. » Mais eux, ils allèrent
vers lui, ils demeurèrent à le prier jusqu'à ce qu'il se levât et les suivît. Et
lorsque celui-là le vit, il dit aux frères : « Retirez-vous, car je désire dire un
mot à notre père. » Lorsqu'ils se furent retirés, il dit à notre père Théodore :
« Mon père, pardonne-moi, car j'ai péché, puisque je n'ai pas confessé la vérité
au jour où tu m'as parlé pour mon salut, car j'ai nié en ta présence; main-
tenant donc, ô seigneur mon père, prie pour moi afin que j'obtienne miséri-
corde4, car je vais aller entre les mains de Dieu, et je sais que tout t'est pos-
sible. » Notre père Théodore lui répondit : « Il est possible au Seigneur que

i. Lisez : 0-yA.OH-e-euv. — 2. Lisez : irr&OHe-eiiv.. — 3. Lisez : em^fi<joK eniS'i's.. — 4. Mot à mot :
Afin qu'une miséricorde me prenne.
loading ...