Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 603
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0131
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

née eTqAAOOuje gn omu.nTgxigd^. un ot^thot^ph £ïi tajlhtc nnecnH'y o_^£
c^p ttcon efio^gn eTeitnujifte ujoon oifTooq iu.ii necnH-Y neqc^çHAtJs.
xin Teq&n^cTpo?ÇH THpc goocTe nceoe epoq on eq<?os& epocy £n Teqg&cio
»/tru> ïteuj^T^n^HT^ epoq on ngcn con vis'i ^en poùjute criiH-y jumcire eqnH-y.
egotm eeeneeTe e^Teme «ju.ai.^'Y ngen puixie eif^n gen ujcone etr- (-tis-)
jw.oko sen^c eqn&iy'X.HÀ esuiO'y ncee.i*.Ton o^coctc nceTAicoTtonq ose qeMsïHY
epocy o_a«. neqc^Hxi^ cirse on neq«.oouje aai £i eH ïmecmry gwc equjme
ncô. oTreooy npoijute es.tru) neujiv'YiULOOuje eooTH epoq n^i neTAAiA^'y ncesooc
njs.q se ncon Tnconc juliaok eTpeKAAOTTe na>.n eneneicoT eeostopoc npioiie
AAnïioTTe nqcenc nsoeic esen nenpcoxi.e eTujcone nceju/ron. »,T(o uj^cujcone
unîtes Tpeqn^p^^e nceesjjie giTn necnH-y se nenT^Tta^se njjuLt^q neoq
ne t^is-iù uj\Tno)t e.€*H ncen^p^THpei nceqi AAnK^g cto_*>. neqT^ce ïicctcooc
nneTujtone ngHTq iiTe nsoeic t^TV.^oo'y ^itïi TeirmcTic a^Tco eq^ eocy «.neq-
gAJLg«v\ k^tjs. ee eTCHg se neTn^"^ eoo-y n^i ^n^^- eoo*Y n^q. k^i o^p ne*.
ncoeiT nTeqjutnTpequjAAUje ïiottê moouje gn khu« THpq ^Tto netud/yeme
uj^poq ng^g npooxie eiriuoone ^too eiro ns*>iJu.onion nqTà.Tv.cyoo'y gmi Te-

des frères; car une foule de fois, c'était de telle sorte qu'il n'y avait aucune
différence entre lui et les frères dans son vêtement et toute sa conduite, de
sorte qu'ils le trouvaient plus pauvre qu'eux dans son habit. Et, quelquefois
des hommes venus de loin le rencontraient aussi entrant dans le couvent,
lorsqu'ils amenaient avec eux des gens malades et souffrants, afin qu'il priât
sur eux et fussent guéris, de sorte que, ne le connaissant point, parce qu'il
était plus humble qu'eux dans son habit et qu'il ne marchait point en avant
des frères comme s'il eût cherché la gloire des hommes, ceux-là donc mar-
chaient à lui et lui disaient : « Frère, nous te prions d'appeler notre père
Théodore, l'homme de Dieu, afin qu'il prie le Seigneur sur nos hommes, afin
qu'ils soient guéris. » Et il arrivait, après qu'il était passé, qu'ils apprenaient
des frères que celui avec lequel ils avaient parlé, c'était lui, et ils couraient en
avant pour l'observer, prendre la terre qui était sous ses pieds, en frotter ceux
qui étaient malades, afin que le Seigneur les guérît par leur foi et glorifiât
son serviteur, ainsi qu'il est écrit : Celui qui me glorifiera, je le glorifierai.
Car la réputation de sa piété s'était répandue1 dans l'Egypte entière et on lui
amenait des foules d'hommes malades et démoniaques, afin qu'il les guérît

i. Mot à mot : Avait marche.
loading ...