Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 617
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0145
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

617

■se ^quifiiy Ainncioc nqqo<y qc.....no.....n\.....— jsjijs. na>.(o_(OAAo).

oumoc 1 Toy js.ttto'y. — noi.....pco.....nevc.....epe hiaa.....tootcj

ai.....aiaih (?ep. . . u^p it&.^- gmr . . . ojTOTrioioq.....KJMpoc ik'Wô.......

■*a^e nrane o(Tr)gH&e n^K Ain OTru^pwq n^i eTn^ujuine hjmî n-x^y aiocit
egoTH ee^oTe nnnoirTe ujtjs>.ai «neKAt^^-xe nn^gpiA -^fiOTe eTAïAi^-y Ti^\ nnra.
negoiro Hiiis. nenc^çHAid». Tenoy k^jsx n^-y née nomiOAioc etujivxe ctk;s.t^-

^V*.\lA. -2ÎOOC gOiCOK AAtt nenpo(t^HTHc).....ïiott.....CTKôk.....ott€ «.....

u>ioq.....\e\ Pis.p.....cotaa.....&.?V.eia>. e.....empiAiis......ne ciaih.....

naouvy ev.....Aieujuje e.....Aià.peq(ei) enuiôw e(Teuj)uje nqp ftoTV. e(n-

cjx.jgo'y Ainno(Aio)€*eTHc (-se) is.pe neKuj&."2se ujione cirujH'y eTHn s\tootk
encooirn -se enn*»^- Xococ umioTTe gev ne-mH-y efto'XgiTn puin ujjs. gpiM
eiruj^'xe2 noTruiT n-xi gp^q h HToq oirujivxc enn kcot ngHTq. nmÇe aiaior
10 nAion^^çoc AinpciapAi nTeKAinTpAin^o Ain hck^ckhcic €Tk(h)£(h)to,y
AinpcN^K hujai(aao) eneiepHT HTeia'ot neKAieeire THpq Ain TCKdwiraaiH
THpc CTT^'xpH'y egoim en-xoeic ^ttco nf(?co on eneipe AinAieeire htck^i nei
efio^gn cojai^ CTpenÊcoK uji>. nnoTTTe CTne^ Aino-y^ noTrjv k&.tôw neqgfiHire.

s'élance..........— Apa Pakhôme. — Semblablement, du même.......

..........................................................que tu

t acquières le deuil et le silence, ce qui te sera un guide vers la crainte de
Dieu. Ferme tes oreilles à cette abomination dont la plupart de ceux qui
(portent) notre habit se font une loi, je veux dire la calomnie; dis-toi aussi,
avec le prophète.................................................

...........Qu'il aille vers le lieu où il lui faut échapper à la malédiction du

législateur, afin que tes paroles soient pesées, comptées pour toi, car tu sais
que tu rendras compte de celles qui sortent de ta bouche jusqu'à une parole de
plaisanterie, ou même une parole où il n'y a pas du tout d'tdifkation. Veille
donc, ô moine, ne dissipe pas ta richesse et les ascèses où tu es, ne le rends
pas étranger à de semblables promssses : laisse toute ta pensée et toute ta
charité fondées sur le Seigneur, et sois constant à penser au jour où tu sortiras
du corps pour aller vers Dieu qui donnera à chacun selon ses œuvres. —Apa

1. Lisez : ojuloiujc. — 2. Lisez : eoiyuj&.'xe.
loading ...