Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 628
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0156
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
6a8

E. AMÉLINEAU

II

(-en1-) ne iteuj&coK eTno'Xsc e-xi aa.neTTdvJH'y eT&e luim^vitoc ht^iicootjl*.
epocy eifie n^i ^ucoota*. THpTit eneip^st aaoiiô^oc «tirai c^hu^ THp$i
eiviAeeire -xe nec^HAià. neTit^cîmgicTà.1 aijuloh unnoTTe rtTepeiuiuio ^.e eit-

«OJULOC a*.n€C^HXt.i>v i^Up ^oft gHT THpTîl MlRè> TOOTU e&0?V. CC^- C&IO ll^H *2£e

10 nTô^iunuipoc npcojute g^pe^ enT&Êso t^peKfsooK egoTm eTno*\sc jurmoifTe
ne'se n\eHT \ipoojuie -xe ^ottoouj efsooK egoim ctiio^Vic sJV.TV.es. ^tt^.oïih 2 juinosco-
gxi. ir^u^ujK^&c ncoi! i^ti ^tfco ncx^k «se eioTcouj efioim ep^Tq AtrittoiTTe ei*jte£
jtgr3V.H. ncxe nT^TV-èvïncopoc npooAie -se eienreuj p &it&.q jurmoirTe esuteg upo-
otu}. — ô.fefe^ ^oopciHce ^p^xi^tt'à.p 3. — & oaa^ïoc ' Toy ^TTcy. — iumiotc
•^.e oïi eTpe ncTAAeT^îioeï £K OTxie gôvpeg epoq cjui^tc eneiujojuuiT ngco&
impoq me n-^.ï^fio'Xoc uinnav-y ir^p euj^q^p^es a*ju.eTdaioes h^ï npooute uj^q-
nov-xe egovit epoq juinetuieeTe HKpoq eTpeqp aaïAuj iu.nju.TO eîio\ junxoeic
eespe ttoeit ^cktcic 5 eTH&ujT junu&'y eTeqn^p goTe gHTq viqepHT eTjup «ok

II

.....entrer dans la ville pour prendre ce qui est glorifie à cause des dan-
gers que nous avons entendus; c'est pourquoi nous avons entendu tous ce
nom : moine; nous avons tous pris l'habit, pensant que c'était l'habit qui nous
présentera à Dieu ; mais lorsque nous sommes parvenus aux lois qu'impose cet
habit6, nous sommes tous devenus infirmes, nous avons cessé (de travailler)7.
On nous instruit, disant : 0 malheureux homme, garde la pureté, afin que tu
entres dans la ville de Dieu. L'insensé dit : Je veux entrer dans la ville, mais
le plaisir de la souillure, je ne pourrai pas l'abandonner; et tu dis : Je désire
aller par-devant Dieu, rempli de matière. L'homme malheureux dit : Je veux
faire plaisir à Dieu, étant rempli de soucis. — Première (lettre) d'abba Horsîisi,
archimandrite. — Seconde lettre, semblablement du même. — Il est bon que
celui qui fait vraiment repentance se garde beaucoup de ces trois choses rusées
du diable; car à l'heure où l'homme commence à faire pénitence, le (diable)
jette en lui cette pensée fallacieuse de faire serment en présence du Seigneur

i. Lisez : ne eTït«.CT«gicT*.. — 2. Lisez : TgH'à.onH ou -©h^oiih. — 3. Lisez : *.p«^iAi6.«-2».prrHC.
— 4. Lisez : ojulojooc. — 5. Lisez : *-ckhcic. — 6. Mot à mot: Aux lois de cet habit. — 7. Mot à mot :

Nous avons laissé (tomber) notre main.
loading ...