Amélineau, Emile  
Monuments pour servir à l'histoire de l'Egypte chrétienne aux IVe et Ve siècles: textes et traduction (Band 2): Aux IVe, Ve, VIe et VIIe siècles: textes et traduction — Paris, 1895

Seite: 629
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1895bd2/0157
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
FRAGMENTS DES VIES DE PAKHÔME ET DE THÉODORE

629

epoq -xin unm^- (-crx-) n&.i eqeipe iu.ju.oq \\<3\ nnôvHOTpcoc eqcooim "2£€
equj^nujn gice no^rcon enegoTO h KToq nqujooïie tiqn*. TooTq efioAgn tikc-
khcic. g^nc on epoq ne eTpeqtt*. o^OTe itcwq t^p^h pu> htc npooue ha. ©otc
juniioirTe nccoq ne p ^n^ig tittovs h nqge egp^i eneqnoÊe nujopn. eT&e n^i
rtMtoTc unpcoue unn^y eTqti^cutn ■i^eTKH ' unuTo e&oX un-xoeic €tu-
Tpeq^ touj e^cKTcic2 ô^Aa. eTpeqosooc UToq ose ncsoejc neTe otk <3"ou uuoi
epoq '^■u^ô.^q cïtht ngHT ose ïvtok neT^-5 <5"ou u&.i ^oipic ujione un ovgice
eqp goTro ivirto eqnjxn^ utoii n^q novKOTs eoîf unosoetc na^g^peg epoq on
uj^nTqKOTq enxoeic un neq^cRVCic4 un neuRo uneqcuiu*. gn ottuji ^otc
UToq un-xoeic eTgu ngHT eTovô^& eqenofic uhtac ujs p^p uu»^ gu>CTe
eTpe npcoute ^\ OToem equoouje eqcTCOT gHTo*y nng^n unnoTTe un mi^y
eTOTn^T^goq ep^Tq en&muô». unnoTTe ncenpme uuoq g^ goofs mu e^q^^-y
•xm unegoo-y nT^qciOTu ennojuoc unnoTTe. otrgAÀo •à.e un oir\Tiîou
enr^h 5 cen^ujuoKgo'y' (sic exit).

de pratiquer des ascèses dures, à l'heure où il craindra devant lai de promettre
de ne pas pécher contre lui à partir de cette heure. Et cela, le méchant le fait
en sachant que s'il endure souffrance à l'excès une fois, ou même s'il est
malade, il cessera ses ascèses. Il faut aussi qu'il place la crainte en arrière
de lui6 ; or, ce qui fait d'abord que l'homme place la crainte derrière lui ou qu'il
tombe dans ses péchés précédents, c'est de faire de faux serments. C'est pour-
quoi il est bon pour l'homme, à l'heure où il établira un pacte en présence du
Seigneur, qu'il ne s'oblige pas à des ascèses, mais qu'il dise : Seigneur, ce dont
je serai capable, je le ferai, assuré que c'est toi qui me donnes force, (la) maladie
ou une souffrance excessive exceptée. Et s'il se donne repos quelque peu, la
crainte du Seigneur le gardera afin qu'il retourne au Seigneur, à ses ascèses et
à l'affliction mesurée de son corps, car la crainte du Seigneur qui est dans le
cœur pur se multipliera, car elle n'a pas de mesure, de sorte que l'homme sera
illuminé en marchant et en étant étonné des jugements de Dieu et de l'heure
où il sera placé sur le tribunal de Dieu pour être jugé de toute chose qu'il a
faite depuis le jour où il a entendu la loi du Seigneur. Mais un vieillard et un
impuissant, comme ils ne peuvent pas se fatiguer (sic exit).

1. Lisez : w^hkh. — 2. Lisez : e*.ckh«c. — 3. Lisez : ne ex-\. — 4. Lisez : neq*>CKH«c. —

5. Lisez : enei'îk.H. — 6. Mot à mot : Le commencement afin que l'homme..... c'est..... Le moine

devait toujours avoir présente à l'esprit la crainte du Seigneur: pour pécher, il devait donc la mettre
derrière lui, comme s'exprime Horsiîsi.
loading ...